Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 MACHINES À DESSINER

25/10/2016 > 26/02/2017

Musée des Arts et Métiers - PARIS

LA NEWSLETTER

La beauté des zones de fret selon Henrik Spohler

Agathe Lautréamont 5 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ce qui est appréciable avec les photographes contemporains, c’est qu’ils parviennent à trouver de la beauté (ou tout du moins une certaine esthétique) dans absolument tout. Illustration avec le surprenant travail d’Henrik Spohler qui s’est concentré sur… les zones de fret.

 

Exposées au Fotofestival de Ludwigshafen en Allemagne jusqu’au 15 novembre, les images du photographe Henrik Spohler ont de quoi surprendre. En guise de sujet : des entrepôts tout de verre et d’acier, des conteneurs aux couleurs vives ou des monte-charge un peu rouillés par les affres du temps et leurs manipulations incessantes… Bienvenue dans les zones de fret, vastes et mornes espaces d’échange et de stockage, où des marchandises du monde entier attendent d’être récoltées, empaquetées, expédiées dans un monde de béton et de métal un peu triste.

Il n’est en effet pas commun de trouver l’urbanisation galopante et irraisonnée comme sujet de prédilection pour les photographes. Si la ville est parfois photographiée, les artistes cherchent alors à jouer avec les matières propres à réfléchir les lumières et jouer avec les couleurs criardes des néons. La nuit devient alors un terrain de jeu idéal pour les longs filés lumineux et autres reflets fluorescents qui donnent une atmosphère presque magique à nos métropoles si bien connues. Ici pourtant, les teintes sont neutres, presque délavées, le blanc et le gris dominent, dans des tons moroses.

Pourtant, l’œil aguerri d’Henrik Spohler a l’art de transformer un sujet banal en un travail esthétisant des plus étonnants. En jouant sur les perspectives, il respecte scrupuleusement règle des tiers, points de force et équilibre des symétries pour livrer des clichés semblant sortis tout droit d’une exposition d’art contemporain. Transformant le plomb de ces lieux ternes en or, l’appareil photo se fait pierre philosophale…

Photographies : Henrik Spohler.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE