Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

São Paulo en réalité augmentée entre les mains d’Eduardo Kobra

Marie-Charlotte Burat 31 août 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pour faire parler de sa ville et aborder les problèmes sociaux qui y sont ancrés, le street artist Eduardo Kobra a décidé de s’en prendre aux murs de São Paulo. Il voit les choses en grand et surtout en couleurs, beaucoup de couleurs, pour présenter cet été son projet São Paulo, une réalité amplifiée, faisant écho à son travail antérieur de graff en 3D.

kobra-grafite6 TEduardo Kobra © eduardokobra.com

A base de couleurs vives et de bombes aérosol, la technique d’Eduardo Kobra est une infinie répétition de carrés et de triangles. Mais derrière les couleurs se cache une réalité bien plus sombre.

Over the Rainbow

Pour cet enfant de la ville, né en 1976, São Paulo n’est pas le cliché touristique que l’on peut avoir en tête. Kobra zoome sur des thème parfois (trop) peu connus des citoyens comme des étrangers. Un effet grossissant permettant de voir la réalité autrement. « C’est comme si je venais avec un miroir grossissant pour scruter les problèmes sociaux de la ville », déclarait-il à euronews.

fotonoticia_20150726095935-794699_600Eduardo Kobra © eduardokobra.com

L’artiste donne des couleurs aux sujets humains et aborde les problèmes de santé, de transports, de sécurité ou d’éducation, thèmes qui touchent tout un chacun. Son travail se compose de nombreux portraits et rend hommage à la mémoire des habitants de la ville brésilienne. Dans une rue où il a passé trente ans de sa vie, on peut voir le visage d’un poète, homme d’un certain âge marqué par la vie, qui nous regarde droit dans les yeux.

Débuté en juillet 2015, ce projet se poursuit et se compose de dix interventions, dans des points différents de la ville. Kobra s’est tout d’abord attaqué au centre-ville dans le quartier Cracolândia, un nom qui fait référence au trafic de drogue. Pour cette première étape, le street artist a fait appel à la participation des passants avec lesquels il a composé des toiles destinées à la vente. Les fonds ont été reversés  à l’association « Bras ouverts » de la ville de São Paulo, qui offre des abris et encourage à la réorientation des toxicomanes de la région.

kobra-grafite5 T4Eduardo Kobra © eduardokobra.com

fotonoticia_20150726095935_800Eduardo Kobra © eduardokobra.com

Kobra TEduardo Kobra © eduardokobra.com

Eduardo Kobra a l’habitude de développer la réalité au-delà de ses limites. Ce travail à São Paulo est le prolongement d’une démarche artistique initiée par la réalisation de graffs au sol avec une perspective 3D. Une manière, dans ces deux procédés, de rendre l’art plus concret et surtout de le faire jaillir aux yeux de tous pour interpeller. Mais son art a dépassé les frontières. Ces initiatives ont mené Eduardo Kobra dans le monde entier pour qu’il y appose sa patte : Allemagne, Angleterre, Italie, Belgique, Pays-Bas, France, Russie, Grèce, Italie, Pologne et Suède. Après une carrière débutée en 1987, sa renommée internationale lui a permis de réaliser bon nombre de ses projets gigantesques, dont des « murs de la mémoire » un peu partout dans le monde.

kobra 3DEduardo Kobra © eduardokobra.com

Interview d’Eduardo Kobra

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE