Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Mouvement et contemplation, Hokusai revisité par les Gifs de Segawa 37

Jéremy Billault 24 août 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le graphiste japonais Segawa 37 a décidé de rendre hommage, à sa façon, à plusieurs maîtres des estampes japonaises. A travers des Gifs animés, il donne un mouvement littéral à des œuvres gravées et contemplatives. Un dialogue ouvert avec, notamment, Katsushika Hokusai.

Le mouvement doit-il nécessairement bouger ? Sur le web probablement. Tout y est frénésie, tout y est spasmodique, l’heure et l’endroit ne sont pas à la contemplation. Ils ne le sont plus. C’est le constat à la fois ludique et perturbant que provoque le travail de Segawa 37 qui réinterprète certaines œuvres de Katsushika Hokusai à travers une série de Gifs, d’estampes en mouvement.estampe-japon-animation-01

© Segawa 37

L’esthétique de Katsushika Hokusai et plus généralement celle de l’Ukiyo-e, est gorgée de contemplation. Contemplation du monde tel qu’il apparaît (Ukiyo, littéralement Monde flottant) donc, parfois, contemplation du mouvement, souvent paisible, toujours intense. « Vivre uniquement sur la rivière […] se laisser dériver comme une calebasse sur la rivière » disait Asai Ryoi, premier utilisateur du concept en 1665.

estampe-japon-animation-03© Segawa 37

Aujourd’hui, 350 ans plus tard, Segawa 37 donne une interprétation moderne de ce concept en incorporant aux œuvres d’Hokusai un mouvement physique perpétuel, répétitif. Quelques fois, le Gif s’adapte presque au sens profond de l’œuvre, d’autres fois il l’agresse, la renie, détournant l’attention de l’internaute sur une apparition totalement gratuite, loin de l’essence contemplative de l’estampe originale.

estampe-japon-animation-gif-02© Segawa 37

Un avion se crashe, touché par un rayon laser, un vaisseau spatial apparaît, disparaît, laissant au second plan la scène vivante et immobile qui se déroule au premier plan, le Gif dénature autant qu’il interroge. Segawa 37 fabrique une sorte de dé-contemplation, une fulgurance perpétuelle qui empêche, encore et encore, l’interprétation méditative à laquelle nous invite l’œuvre originale. La réinterprétation touche malgré une forme quasi-inversée, le cœur des estampes, l’inspiration bouddhique d’impermanence, tout apparaît, tout disparaît, sans arrêt, beaucoup plus rapidement, sans laisser le temps à la contemplation, à la méditation.

estampe-japon-animation-gif-03Segawa 37, réinterprétation de Un matin après une tempête de neige par Katsushita Hokusai. La vague qui surgit est la La Grande Vague de Kanagawaégalement par Hokusai © Segawa 37

Pourtant, la démarche n’est pas dénuée de sens. Loin des élites, les estampes ont démocratisé, avec une certaine mesure, l’art au Japon. Les gravures sur bois, faciles à reproduire permettent à la bourgeoisie de la capitale d’acheter de l’art pour la première fois. Les Trente-six vues du Mont Fuji étant devenue un classique, Segawa 37 lui confère un caractère populaire à grande échelle et partage l’art contemporain japonais comme l’Ukiyo-e avait touché l’Occident au XIXème siècle. Autre époque, autre forme…

hokusai 1

© Segawa 37

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE