Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Donne moi ton Instagram, je te dirai quel artiste tu es.

Marie-Charlotte Burat 24 août 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Que ce soit pour suivre la vie d’un artiste, être le premier à voir les œuvres qu’il publie ou tout simplement pour prouver notre attachement à son art, par un « like » ou un abonnement, Instagram se révèle être un outil indispensable. Il en devient même précieux pour les artistes. Ce réseau social fonctionne comme une vitrine, une galerie itinérante de leur travail.

Peintre, performeur, sculpteur… quels que soient leurs domaines de prédilection, les artistes sont amenés, via Instagram, à se plier au format photographique (et vidéo) et à nous révéler une autre facette de leur œuvre. Mais parfois bien plus que leur art, ce sont leur quotidien qui intéresse ou les coulisses de leurs productions artistiques. Chaque artiste inscrit sur Instagram développe alors son propre univers, sa propre manière de s’auto-médiatiser via l’application. A chacun son compte et sa personnalité :

Le petit nouveau : Anish Kapoor

Artiste de renommée internationale, Anish Kappor n’a plus à prouver sa légitimité. Mais face à Instagram, devenu un passage obligatoire, l’artiste vient de se créer un compte. Une manière d’entendre parler de lui autrement qu’à travers les médias et les polémiques (on se souviendra de la récente plainte d’Anish Kappor concernant une œuvre en Asie qui serait, d’après lui, le plagiat de sa sculpture Cloud Gate à Chicago). En s’inscrivant sur Instagram, Anish Kapoor transforme les codes. Le compte ne porte pas son nom, ne renvoie pas directement à sa personne, mais à l’une de ses œuvres intitulée Dirty Corner (exposée à Versailles et vandalisée en juin dernier). Une manière de prolonger sa démarche artistique sur le sujet et de la décliner.

@dirty_corner

kapoor TCapture Instagram © Anish Kapoor

Le politiquement incorrect : Ai Weiwei

Contrairement à Anish Kapoor, Ai Weiwei a su saisir l’opportunité d’Instagram dès ses débuts et est devenu un véritable artiste-média. Pour ce plasticien chinois multi-casquettes et surtout engagé, Instagram devient un outil politique. En conflit depuis de nombreuses années avec la Chine, et devant faire face au retrait de son passeport durant plusieurs années, Ai Weiwei fut interdit de visa par la suite en Europe. Ce sont ces péripéties qu’il met en lumière et dénonce via Instagram. Largement suivi par la communauté, il met en place des projets artistiques et engagés accompagnés de hashtag, à la manière du mouvement #FlowerForFreedom, et ne manque pas d’être largement soutenu par les réseaux sociaux.

@aiww

ai weiwei 2Capture Instagram © Ai Weiwei

L’intrépide : JR

Pour ce photographe français qui ne tient pas en place, son compte Instagram devient un véritable tour du monde. JR multiplie les projets gigantesques mêlant street-art et photographies. En tant que street-artiste, il nous dévoile les coulisses de sa pratique artistique, une manière d’être un peu dans l’action avec lui. Une vision hallucinante compte tenu des supports qu’il choisit, notamment lors de l’installation récente de son oeuvre Migrants, Ibrahim, Mingora-Philadelphia affiché sur le pan d’un immeuble à Philadelphie. Mais son compte Instagram est aussi une façon de voir un JR du quotidien, lui que l’on connaît à travers le portrait des autres.

@jr

Jr TCapture Instagram © JR

Le rigolo : Olaf Breuning

D’origine suisse et aujourd’hui installé à New-York, Olaf s’inspire de la culture de masse pour créer une oeuvre décalée et éclectique. Il puise dans les inspirations populaires et élitistes pour faire naître un art hybride. Véritable maître des codes visuels, Olaf Breuning profite de son compte Instagram pour mettre à profit son sens du rire, prolongement de son art. Il publie, à fréquence soutenue, des formes de visages dessinées avec les objets du quotidien qui croisent sa route. On le suit au petit-déjeuner entre deux beignets, à sa séance de badminton ou en plein pique-nique. 

@olafbreuning

olaf TCapture Instagram © Olaf Breuning

La solitaire : Yoko Ono

Doucement mais sûrement. C’est ainsi que Yoko Ono parvient encore et toujours à faire parler d’elle. Devenue célèbre pour son idylle avec John Lennon, ou pour ses œuvres collectives aux cotés du (non-)mouvement Fluxus et de John Cage, elle sera bientôt à l’honneur lors d’une exposition au Mac de Lyon. Une rétrospective dédiée à Yoko Ono, seule pour une fois. Solitaire, elle l’est également sur toutes ses photos (ou presque) qu’elle publie sur son compte Instagram. De dos, on la voit parcourir différentes expositions (une véritable guide !), prendre des cafés (beaucoup de cafés) ou en train de se balader, simplement. Une ou deux pépites se présentent de temps en temps, où l’artiste japonaise dévoile d’anciennes photos prises du temps de John Lennon.

@yokoonoofficial

yoko TCapture Instagram © Yoko Ono

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE