Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La National Gallery partiellement fermée à cause d’un mouvement de grève

Jéremy Billault 12 août 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A Londres, la National Gallery est partiellement fermée en raison d’un mouvement de grève «illimité». Le nouveau directeur du musée, en fonction le 17 août prochain, a prévu un partenariat avec l’entreprise privée Securitas, qui pourrait conduire les gardiens du musée à exercer, entre autres, au sein d’un aéroport. 

Le mouvement s’intensifie. Initiée au début du mois d’août, la grève de plusieurs centaines de salariés de la National Gallery est désormais illimitée. La colère qui gronde depuis plusieurs mois dans les couloirs du musée londonien est due à l’arrivée d’un nouveau directeur, Gabriele Finaldi, qui arrive avec, sous le bras, un contrat pour une nouvelle agence, privée, qui s’occupera de la sécurité du musée. Si aucun emploi ne sera officiellement menacé, nombreux seront ceux qui changeront d’employeur et seront pris en charge par Securitas, l’agence en question. Changement d’employeur donc possible changement de conditions et, surtout, possible transfert vers d’autres sites, en dehors du musée. Le mouvement de grève est organisé par le syndicat PCS, qui avait déjà manifesté son mécontentement en février puis en avril dernier.

Mélange de compétences

Rencontrés par le Guardian, plusieurs grévistes craignent un manque de compétences, d’un côté comme de l’autre : «Cela concerne directement le public qui pourrait se retrouver face à une équipe qui ne connait rien au sujet des tableaux, […] si certains ont gardé Van Gogh pendant des décennies et guidé les visiteurs à travers des salles remplies par des merveilles de la Renaissance, ils pourraient aujourd’hui se retrouver à garder des aéroports». Un gardien mal averti, c’est précisément ce qui avait posé problème au musée Isabella Stewart Gardner de Chicago qui avait perdu treize tableaux, volés en l’espace d’une nuit pour une valeur de 500 millions d’euros. 

Tristes touristes

Le mouvement de grève illimité a pris de l’ampleur depuis le début du mois et les conséquences sont lourdes pour la National Gallery. Si plusieurs expositions, comme Soundscapes qui illustre certains tableaux avec un morceau de musique composé pour l’occasion, restent ouvertes, de nombreuses salles de la collection permanente sont bloquées. En pleine saison touristique, certaines œuvres célèbres restent donc inaccessibles.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE