Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Un Picasso estimé à 25 millions d’euros saisi par la douane sur un bateau en Corse

Jéremy Billault 4 août 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Un tableau de Pablo Picasso a été saisi vendredi sur un bateau en Corse, a annoncé la douane française à l’AFP. La toile, qui appartient à un riche banquier espagnol, est estimée à plus de 25 millions d’euros.

Comme l’explique un communiqué de la douane française , un navire avait accosté au port de plaisance de Calvi et s’apprêtait à transporter l’œuvre intitulée Tête de jeune fille et estimée à plus de 25 millions d’euros  jusqu’en Suisse. Des agents « se sont rendus à bord du navire transportant l’oeuvre» et ont immédiatement demandé les «documents relatifs à la situation du tableau». Une demande à laquelle personne ne pourra répondre : «Le capitaine du navire n’a pu présenter qu’un document d’évaluation de l’œuvre ainsi qu’un compte rendu de jugement rédigé en langue espagnole de mai 2015 émanant de l’Audience nationale espagnole, confirmant qu’il s’agissait d’un trésor national espagnol qui ne pouvait en aucun cas être sorti d’Espagne. »

Le propriétaire de la toile, âgé de 79 ans, n’était pas présent à bord du bateau, qui appartenait à l’une des sociétés dont il est actionnaire et qui, selon l’AFP, battait pavillon britannique.

Un-Picasso-de-25-millions-d-euros-saisi-sur-un-bateau-en-Corse

Tête de jeune fille, le tableau estimé à plus de 25 millions d’euros. Photo : AFP

Exportation en douce

Ce n’est pas la première fois qu’on essaye de faire sortir le trésor en question du territoire espagnol. En 2012, le ministre de la culture s’était déjà opposé à ce que Tête de jeune fille sorte du territoire. En 2015, l’Audience Nationale, l’une des plus hautes juridictions espagnoles, avait jugé cette œuvre « inexportable » et faisant partie des « biens culturels » qui ne doivent pas sortir du territoire. Les autorités françaises ont toujours l’oeuvre en leur possession et sont dans l’attente d’une éventuelle demande de la part de l’Espagne.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE