Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

A Fréjus, les artistes en résidence seront obligés de garder bénévolement les enfants

Jéremy Billault 30 juillet 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Sous menace de supprimer leurs avantages (loyers modérés) la ville de Fréjus demande à ses artistes en résidence d’accueillir bénévolement les élèves de primaire et maternelle dans le cadre des rythmes scolaires. Et, étonnement, les artistes protestent… 

Personne ne l’a vu venir. Surtout pas les premiers concernés. La municipalité FN de la ville de Fréjus a décidé, subitement, d’appliquer les nouveaux rythmes scolaires à sa façon : confier les élèves de maternelles et primaires aux artistes en résidence (dans des logements à loyers modérés). Une collaboration qui aurait pu être intéressante si elle avait été une collaboration. Sans concertation préalable, la décision sera mise en place à la rentrée avec la participation bénévole des artistes sous peine de suppression des loyers modérés. Jolie surprise.

Précis, sexy, concis

Selon un enregistrement qu’a pu se procurer l’AFP, le sénateur-maire de Fréjus David Rachline n’a pas laissé une très grande place au débat : « Moi, je vais vous dire les choses, elles sont extrêmement simples. La ville finance en grande partie le loyer d’un certain nombre de ces dames et messieurs. Le débat va s’arrêter ici: soit cela se passe bien et tout le monde est d’accord pour participer, soit je mets un terme à cette histoire où l’on paye des loyers à tout le monde. Voilà donc c’est clair, comme cela je l’aurai dit publiquement ». Clair, en effet.

Pourtant, d’une manière totalement inattendue, les quinze artistes en question ont réagi. La tâche imposée sans aucune concertation et sans aucune rémunération à venir n’aurait pas réussi à convaincre, notamment, le photographe d’art Olivier Isselin, qui menace de partir.

« La municipalité a décidé de nous faire travailler à l’œil, ils veulent qu’on garde les enfants gratuitement !», a-t-il déclaré avant de soulever un autre problème. Peu enclin à pratiquer la puériculture en tant qu’autodidacte, l’artiste souligne : « Nous ne sommes pas formés à l’accueil d’enfants aussi petits. Et comment s’engager de la sorte alors que nous devons souvent nous absenter pour participer à des expositions ou tout simplement faire notre travail ».

Lourdes conséquences

Fréjus, plus qu’une autre ville, a besoin de ses artistes et artisans d’art. Comme le précise l’avocat Emmanuel Bonnemain contacté par l’AFP, les quinze artistes impliqués sont inscrits dans un « circuit des métiers d’art », qui participe à l’inscription de Fréjus au sein du label « ville d’art et d’histoire », « label qui permet de classer l’office du tourisme en catégorie 4 étoiles et donc, sur les plages de la ville, d’obtenir le droit d’installer des installations démontables mais qui ne sont en fait pas démontées» .

Alors que les artistes bénéficient d’un loyer modéré (2,50 €/m² dans la vieille ville), la municipalité a donc modifié, de manière tout à fait légale, pour y inscrire l’obligation de participer aux « actions pédagogiques organisées par la ville». Et, si possible, avec le sourire.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE