Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

La course au poste de directeur des Beaux-Arts de Paris continue

Marie-Charlotte Burat 27 juillet 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qui va devenir calife à la place du calife ? Voilà comment nous pourrions résumer la saga de cet été portant sur le renvoi et le remplacement de Nicolas Bourriaud à la tête des Beaux-Art de Paris. Une question qui fait jaser et qui divise, à l’heure où les candidats au poste se précisent.

beaux arts TEcole nationale des Beaux-arts © Exponaute

Depuis le 21 juillet, la session de candidature est close. Les prétendants au poste de directeur de l’Ecole des beaux-arts de Paris se comptent au nombre de vingt approximativement. Deux camps s’opposent alors entre ceux qui tentent leur chance et ceux qui ne souhaitent pas faire partie de la procédure de la ministre de la culture Fleur Pellerin.

Parmi les prétendants les plus aguerris, on notera la présence d’Éric de Chassey, actuel directeur de la Villa Médicis à Rome. Après avoir essuyé un premier échec lors de sa candidature pour la présidence de Beaubourg, remporté par Serge Lasvignes en mars, il doit désormais faire face à une rumeur houleuse, relayée par le Canard enchaîné au début de cette affaire. Soupçonné d’être privilégié par Julie Gayet (amie proche de sa compagne) son projet pour l’Ecole des beaux-arts est doublement attendu.

Game of Thrones

Une nouvelle prétendante fait également sensation. Il s’agit de Nadeije Laneyrie-Dagen, cette normalienne agrégée d’histoire et spécialiste de la peinture de la fin du Moyen-Age à l’époque moderne a toutes les cartes en mains pour se positionner comme une adversaire chevronnée. Elle a récemment participé au commissariat de l’exposition « La toilette ou l’invention de l’intime » au musée Marmottan à Paris, qui a été saluée par ses pairs autant que par le public. Le Quotidien de l’art nous renseigne également sur les autres prétendants, et la liste se décline vers des profils plus artistiques tels qu’Olivier Blanckart (artiste et critique d’art) et Eric Corne (peintre et ancien directeur du FRAC Île-de-France). Nous apprenons également par le Quotidien de l’art la candidature de Stéphane Corréard, ancien galeriste, critique d’art et expert en arts, qui avait annoncé son départ du salon de Montrouge il y a peu.

De nombreuses personnalités du monde de l’art qualifiées pour ce poste, dont certaines avaient postulé en 2011 telles que Patricia Falguières (présidente du conseil d’administration du Centre national des arts plastiques) et Catherine Grenier (directrice de la Fondation Alberto et Annette Giacometti à Paris), ne souhaitent pas participer à ce jeu. Leur refus s’interprète, pour la plupart d’entre-eux, comme un signe de protestation contre les conditions de renvoi de Nicolas Bourriaud. « Jamais je ne participerai à une procédure que je conteste » explique Emmanuel Tibloux au Quotidien de l’art, actuel directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et président de l’ANdÉA (association nationale des écoles supérieures d’art).

Le dernier épisode de ce feuilleton est prévu pour le 28 août, date à laquelle un jury déterminera les trois noms qui resterons dans la course avant que Fleur Pellerin ne les départage et désigne le nouveau directeur de l’Ecole nationale des beaux-arts.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE