Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Les réseaux sociaux, encore et toujours avec Ai Weiwei pour la restitution de son passeport

Marie-Charlotte Burat 23 juillet 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Peintre, performeur, sculpteur, plasticien, architecte et surtout militant, Ai Weiwei est de nouveau disposé à quitter la Chine. La bonne nouvelle a été annoncée, puis largement relayée, mercredi 22 juillet sur les réseaux sociaux, à commencer par Instagram. On voit l’artiste-média en photo brandissant son passeport avec pour légende : « Aujourd’hui, j’ai eu mon passeport ».

ai weiwei T© Capture d’écran du compte Instagram d’Ai Weiwei

Cet artiste tutélaire chinois fait crisser des dents le parti communiste de son pays. Depuis plusieurs années Ai Weiwei sème le trouble par ses œuvres critiques envers le régime. Une position qui lui a valu de nombreux aléas avec la justice. Arrêté et maintenu à l’isolement sans aucune charge en 2011, il est libéré 81 jours après. A sa sortie, il fut condamné à verser 2.4 millions euros d’amende pour fraude fiscale. Il demeura assigné à une liberté conditionnelle et s’est vu retirer son passeport pour une durée indéterminée. Aucun fait de fraude fiscale n’a été avéré durant cette affaire et Ai Weiwei l’a toujours démenti. Ce type de manœuvre n’est pas rare venant du gouvernement chinois, qui craint qu’un individu lui fasse du tort à l’étranger.

Flower power

Cette restriction territoriale n’a pas pour autant freiné l’artiste. En signe de protestation, il a débuté en novembre 2013 une campagne pour récupérer son passeport. Chaque jour, Ai Weiwei photographiait des bouquets de fleurs différents, placés dans un panier de vélo devant son atelier. Une action douce qui fut fortement soutenue par la communauté Twitter sous le hashtag flowersforfreedom. Mercredi, jour de restitution de son passeport, était le 600ème jour de sa campagne.

ai weiwei TT

FLEUUUR T

Comble de la provocation pour le gouvernement Chinois, les fleurs de Ai Weiwei n’ont pas été les seules à faire le tour du monde durant cette condamnation. Les œuvres de l’artiste ont continué à être exposées dans divers pays, et notamment dans la prison Alcatraz, l’ex île-prison située au large de la baie de San Francisco. Pour cet artiste, maître iconoclaste et artilleur de symbole, c’est un geste lourd de sens, qui s’adresse au régime communiste.

Aujourd’hui les choses ont donc, semble-il, évolué. Une exposition individuelle consacrée à l’artiste est même en cours de programmation à l’espace 798 (Centre d’art contemporain) à Pékin. Une manière de « tourner la page ». Ai Weiwei ne doute pas de la possibilité de revenir en Chine après ses déplacements à l’étranger. Premier étape prévu en Allemagne, où réside son fils depuis un an.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE