Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le street art, la cath[ART]sis grecque

Marie-Charlotte Burat 7 juillet 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’art dans sa dimension politique, engagée et contestataire met en exergue les passions et se fait le porte-parole d’un message commun. Depuis dimanche, les résultats du référendum grec sont tombés et le « non » l’a emporté. La rue devient le théâtre et l’expression d’une lassitude majoritairement ressentie. Retour sur ce phénomène qui s’accentue depuis le début de la crise. 

«J'ai besoin d'un emploi pas d'un discours» par Wild Drawing en référence au taux de chômage élévé d«J’ai besoin d’un emploi, pas d’un discours», Wild Drawing, © AP

Ils se nomment Achilles, Bleeps, N_Grams, Wild Drawing, Cacao Rocks et sont les nouveaux dieux de l’Olympe. Ces acteurs du street art en Grèce aident à soutenir les esprits durant cette période de grisaille. Certains artistes français comme Goin sont aussi de la partie.

Les peintures murales des artistes N_Grams à gauche et EX!T côte à côte illustrent un éventuel GrexiPotentiel Grexit, N_Grams, © AP

A travers leurs pochoirs, leurs tags, graffitis et autres fresques ils participent à une protestation urbaine. L’art est ici, plus que jamais, polymorphe. La dérision fait rire, apaise le climat de tension tout en dénonçant des vérités. En s’exprimant sur les murs de la ville, ils deviennent les témoins des angoisses, des sentiments d’injustice de la population. Au moment où tous les regards sont tournés vers la Grèce, c’est aussi un moyen pour ses habitants de garder un certain contrôle de leur image, de leur force de conviction et de leur identité nationale.

«La mort de l'Euro» évoquée par l'artiste français Goin à l'école des Beaux-Arts d'Athènes. CréditsLa mort de l’Euro, Goin, © AP

euro disneyEuro-Disney, anonyme, © AP

Bleeps T«La crise… What Else», Bleeps, © AP

zéro euroZéro euro, Achilles, © AP

Europ Cacao Rock«Europe without Greece is like a party without drugs», Cacao Rocks, © AP

 Cet article vous a intéressé ? Exponaute vous conseille « Jeanne de Paname » provoque le FN et Quand le tag devient du Street Art

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE