Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

A chaque capitale, un nouveau projet de musée : Bruxelles, Helsinki et New-York

Marie-Charlotte Burat 6 juillet 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Bruxelles, Helsinki, New-York. Trois capitales, trois projets de musées en cours. Les centres muséaux  fleurissent à travers le monde, développant l’activité culturelle des villes et la diversification de l’offre. Mais ces ambitions engrangent certains coûts et quelques polémiques aussi! On fait le point sur ces nouvelles conceptions.

GH04380895_6 TMaquette du musée de Guggenheim en Finlande, projet «Art in City», © Agence Moreau Kusunoki Architectes

De l’humour et du dessin pour la Belgique prévus en 2019. Une extension du  Studio Museum à Harlem dédié aux arts Africains. Et une polémique en Finlande quant à l’ouverture d’un musée Guggenheim.

Musée « Le Chat » à Bruxelles

Philippe Geluck l’attendait depuis dix ans, c’est chose faite. La décision a été prise vendredi 3 juillet de créer un musée qui sera dédié à son personnage de félin nonchalant. Au total 4,5 millions seront nécessaires pour renouveler le bâtiment dans lequel va s’installer «le Chat». Le musée prendra place près du Palais Royal et la Grande-Place, aux côtés d’autres grands noms : le  Musée Magritte, le Musée Royaux des Beaux-arts, le Musée des instruments de musique et le Palais des Beaux-Arts (Bozart).

Pour le dessinateur Geluck, enfant du pays, ce projet est une aubaine.  « On ne peut rêver un endroit plus prestigieux » souligne-t-il. Le parcours retracera l’histoire chronologique de ce gros matou et sera agrémenté de murs vidéo et d’œuvres numériques.

le chatPhilippe Geluck et son Chat, © France tv infos

Plus de place au Studio Museum de Harlem

Dédié aux œuvres et aux artistes afro-américains, le Studio Musem s’étend et bénéficiera enfin de l’espace supplémentaire dont il avait besoin. Une extension qui nécessite un investissement de 122 millions de dollars et qui va permettre d’exposer davantage d’artistes, dans de meilleurs conditions et de répondre à la demande du public. «Notre programme et notre public nous obligent à répondre à ces exigences» déclare Thelma Golden, directrice et conservatrice du musée.

Cet immeuble datant de 1914 offrait jusqu’à présent un espace restreint lié à l’ancienneté bâtiment.  Le projet est pris en main par l’architecte britannique David Adjaye, sélectionné pour sa sensibilité envers les artistes d’origines africaines présentés et au quartier. Parmi les travaux d’Adjaye on compte notamment la construction en cours du Musée d’histoire et de la culture afro-américaine de la Smithsonian Institution à Washington.

HarlemStudio Museum a Harlem, © Roger Marvel architects

Musée Guggenheim en pourparlers à Helsinki

Après un appel à projet, c’est la maquette des architectes parisiens Nicolas Moreau et Hiroko Kusunoki qui a été sélectionnée parmi 1700 candidatures. Le but était de répondre à la conception du futur musée Guggenheim en Finlande. La ville espère ainsi générer un « effet  Bilbao » comme ce fut le cas en Espagne et dynamiser l’économie et l’activité locale. L’argent est la première source de conflit qui gangrène ce projet. Au total 130 millions d’euros sont nécessaires, comprenant la construction du musée et 20 millions à verser à la Fondation Guggenheim pour faire partie de la franchise.

La population regrette ces dépenses publiques, reversées à une entreprise privée américaine, qui risque d’affecter leur système de protection social. L’ambition de créer un musée d’art ne se fait, de plus, pas ressentir par les habitants. Les plus réfractaires à ce sujet considèrent qu’il serait plus judicieux (surtout vu la somme envisagée) que la Finlande crée sa propre marque plutôt que de vouloir être franchisée. L’aura du Guggenheim reste néanmoins un gage de qualité et de prospérité pour un musée, comme on peut le rappeler avec l’exemple de New-York et Venise en plus de Bilbao.

GH04380895_  TMaquette du musée de Guggenheim en Finlande, projet «Art in City», © Agence Moreau Kusunoki Architectes

 Trois projets innovants qui s’ancrent dans les paysages urbains auxquels ils appartiennent. Une preuve que la culture a encore des idées en réserve.

Cet article vous a intéressé ? Exponaute vous conseille Fondation Louis Vuitton : Paris a son Bilbao ! et La Piscine à Roubaix : un « effet Bilbao » à la française ?

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE