Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le graffiti s’invite au Palais de Tokyo

exponaute 9 juin 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis trois ans, les entrailles et les souterrains du Palais de Tokyo sont régulièrement recouverts de graffitis de street artistes du monde entier invités par l’institution. Depuis le 28 mai 2015, le graffeur KR, y a fait son apparition.

Craig Costello, courtesy Palais de Tokyo

Cela fait trois ans déjà que, sans qu’on le sache forcément, une partie peu visible du Palais de Tokyo, les dédales labyrinthiques des souterrains (sauf à l’entrée du club Le Yoyo où l’art urbain nous accueille), sont recouverts de graffitis par des artistes invités. L’initiative est née en 2013 grâce à Hugo Vitrani, journaliste et commissaire d’exposition, qui crée le « Lasco Project » : « Nous avons voulu faire quelque chose d’un peu expérimental, où la pratique de l’urbex [exploration urbaine] faisait sens. L’idée est que le Palais de Tokyo, lieu si vaste et toujours en chantier, soit traité comme un espace public par les graffeurs ».

Cette année, c’est l’artiste new-yorkais Craig Costello, alias KR, qui a été invité pour décorer les arches Wilson, en contrebas de l’entrée du Palais et maintenant accessibles au public. Sur un couloir long de 50 mètres aménagé en jardin sauvage, le graffeur a recouvert les arches en brique de peinture noire et a projeté par-dessus des coulures blanches faisant penser à des comètes, des constellations ou à une pluie torrentielle.

Le graffeur né en 1971 à New-York a abandonné tout signe figuratif pour faire de la coulure son empreinte. Il a même inventé spécialement une peinture vouée à couler sans perdre de sa matière (la «Krink»).

A côté de KR, on peut retrouver les architectures miniatures de barres d’immeubles d’Evol, les dessins en noir et blanc de Cleon Peterson ou les portraits de Vhils.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE