Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Les antiquités irakiennes sur Liste Rouge. De quoi s’agit-il ?

Florence Bousquet 4 juin 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La liste rouge d’urgence des antiquités irakiennes, publiée mardi 3 juin sur le site internet de l’ICOM (Conseil international des Musées), recense, suite aux destructions menées par Daesh, le type d’œuvres susceptibles de trafic illicite et interdites à la vente et à l’achat…

Lion mangeant un homme, plaque en ivoire, Nimroud, IXème-VIIIème siècle avant JC (volée), © Iraq museum

Lutter contre les spéculations illégales

Pour éviter les méprises, expliquons tout de suite de quoi il s’agit. Suite aux destructions perpétrées récemment par Daesh en Irak et en Syrie, l’ICOM (organisme de préservation du patrimoine depuis 1946 dont une des missions est de lutter contre le trafic illicite depuis 2013), a eu peur d’une circulation illégale sur le marché, de biens de l’humanité volés par le groupe terroriste.

Pour lutter contre cela, douze experts internationaux réunis au siège d’Interpol à Lyon, ont composé une « Liste Rouge » à destination des officiers des douanes, des négociants en œuvres d’art et des collectionneurs pour qu’ils identifient et dénoncent des biens qui auraient pu être pillés (attention, cette liste non exhaustive ne signifie pas qu’ils sont forcément volés).

« Ces objets sont protégés par des législations, précise le document, il est interdit de les exporter et ils ne doivent, sous aucun prétexte, être importés ou mis en vente ». Cette liste est une mise à jour de celle créée en 2003 pour l’Irak suite à l’invasion du pays par les Etats-Unis.

Comment reconnaitre une antiquité irakienne volée ?

Pour aider les professionnels des douanes ou de l’art à reconnaître des objets qui auraient pu être pillés, l’ICOM recommande dans un premier temps de se méfier des œuvres marquées « IM » à l’encre (pour « Iraq Museum ») et des objets aux écritures cunéiformes ou araméennes.

Dans la Liste Rouge, des illustrations d’œuvres provenant de musées occidentaux et semblables à des œuvres encore présentes en Irak, aident à l’identification des objets susceptibles d’être volés. 

Méfiez-vous, l’une de ces œuvres a peut-être été volée :

Relief en albâtre présentant le profil du roi Assurnazirpal II, Nimroud, empire néo-assyrien (911 – 609 av. J.-C.), 61 x 61 cm, © Oriental Institute of the University of Chicago

Statue votive en albâtre, Assur, 2400 av. J.-C, 46 cm, © Vorderasiatisches Museum, SMB, Berlin/Olaf M. Teßmer

Bijoux, tombe royale d’Our, 2500 avant JC, © Irak Museum

Cachet ellipsoïde en cornaline décoré d’un scorpion, époque sassanide (224 – 677 ap. J.-C.), 2,4 x 1,9 x 1,3 cm, © Musée du Louvre, RMN-Grand Palais/Raphaël Chipault

http://icom.museum/fileadmin/user_upload/images/Redlists/Afghanistan/RLIraq_Fran%C3%A7ais.pdf

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE