Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Sylvester Stallone peintre, adoubé par la critique ?

Céline Piettre 2 juin 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Exposée jusqu’au 30 juin à Nice dans la galerie contemporaine du MAMAC, la peinture de l’acteur Sylvester Stallone profite d’une couverture médiatique impressionnante. Si la grande majorité des journaux évitent de prendre parti (se contentant de relayer l’information), quelques compliments émergent là où l’on s’y attendait le moins. Petit récapitulatif à l’occasion de notre revue de presse de la semaine. 

stazlloneTCourtesy Galerie Gmurzynska

 

Qui l’aurait cru ? Que l’acteur américain Sylvester Stallone, collectionneur (de Monet, Bacon et Kiefer) et peintre depuis son adolescence, bénéficierait de la bienveillance de la critique d’art. La même qui se méfie d’ordinaire des ambitions artistiques des stars – on se souvient de la réception plus que mitigée des peintures au sang du chanteur Pete Doherty ou de celles du grand Bob Dylan. Non pas des éloges à proprement dites mais la reconnaissance, à l’occasion de sa rétrospective niçoise, d’un certain professionnalisme.

« Il se défend comme peintre »

C’est ainsi que le critique du Monde Harry Bellet intitule son article. Selon lui, la peinture expressionniste de Stallone mérite d’être vue, en dépit des résistances du musée qui en a organisé l’exposition sur « demande » expresse du maire de la ville Christian Estrosi, et de la pétition des artistes locaux menée par le peintre Gérald Thupinier. Un Rambo qui maîtrise « admirablement l’art difficile de l’empâtement » et « des glacis » ; un Rocky plus « complexe » qu’il n’y paraît. L’accrochage ouvre d’ailleurs sur un portrait en clair-obscur du légendaire boxeur. Toile qui aurait inspiré le film et non le contraire.

Du côté des institutionnels, l’art de Stallone a déjà reçu le soutien du directeur du Musée national de Saint-Pétersbourg Vladimir Gusek, qui exposait ses toiles en 2013. A l’époque, le journal Canadien The National Post en avait déduit avec ironie que Stallone était meilleur peintre qu’acteur.

Fan de Malevitch

Questionné très sérieusement par Art Info, Sylvester Stallone dévoile ses influences – « J’aime énormément l’expressionnisme allemand et tout le travail de Malevitch » – et décrit sa peinture comme « autobiographique ». Sur les cimaises : des reproductions des couvertures de Life, des portraits de Rocky et Rambo, des toiles abstraites tirant sur le Basquiat. L’acteur de films d’action compte près de 400 œuvres à son actif, certaines ayant été acquises par ses camarades Travolta  et Schwarzenegger. On apprend ailleurs qu’il peint dans son garage et que sa couleur (picturale) préférée est le rouge. Rouge colère, rouge-amour, sentiment qui inspire justement le titre de son exposition : « Real Love », parce qu’« il y a de l’amour dans tout ce que je peins  » précise t-il. Un choix qui ne joue décidément pas en sa faveur. Même de loin, et avec Le Monde et Hollywood en back-up.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE