Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Qui est la dame à la moustache de Fornassetti ?

Céline Piettre 1 juin 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On n’y voit rien  ! Ironisait Daniel Arasse, nous incitant à regarder le tableau encore et encore. Sur les conseils de l’historien de l’art, Exponaute vous propose chaque semaine « d’entrer » dans une œuvre – peinture, vidéo, monument, objet – à la recherche des détails qui « font voir ». Dans notre viseur aujourd’hui : l’assiette moustachue de Piero Fornassetti, exposée avec ses soeurs aux Arts décoratifs jusqu’au 14 juin. 

fornaT

Piero Fornasetti, assiette de la série « Tema e Variazioni », porcelaine © Courtesy Fornasetti

Qui ?

L’auteur de cette célébrissime assiette, Piero Fornassetti, est un Italien né en 1913 aux yeux du même bleu turquoise que les eaux méditerranéennes (côté Positano). Peintre, dessinateur, graveur, décorateur, écrivain, créateur de meubles… Trop éclectique pour les uns, trop « décorateur » pour les autres, il profite depuis les années 1980 d’un certain retour en grâce. On apprend qu’il collectionnait de vieilles lunettes, lisait tout ce qui lui tombait sous la main, et ne voulait pas que la qualité soit réservée à une élite.

Quand ?

C’est en 1952 qu’est imprimée la première assiette. Alors que toute l’Europe célèbre la rigueur du design moderniste, Fornassetti, lui, se livre à des ébats néo-baroques sur un lit de porcelaine fine. En dépit de son attachement à la fonctionnalité de l’objet, l’artiste nage à contre-courant. Son atelier en subira les conséquences économiques, obligé à réduire au minimum ses effectifs.

La bouille la plus célèbre du design

Le joli minois a un nom : Lina Cavalieri, une soprano italienne morte en 1944 sous les bombardements. La dame était la beauté de son époque. Le portrait a été découpé par Fornassetti dans une revue du XIXème siècle – on sait que l’artiste était un collectionneur compulsif d’images. Pendant des années, il a tenu son identité secrète, laissant les hypothèses aller bon train. Beaucoup misaient sur la Mona Lisa.

La moustache de Dali

On la reconnaît entre mille, dressée et triomphante, la fameuse moustache en croc de Salvador Dali. Déposée comme un papillon sur le visage de la diva, elle répond en symétrie inversée à la courbe des sourcils. Fornassetti s’amuse ainsi à des correspondances formelles. Et joue aussi bien les Andy Warhol (en dupliquant un même visage jusqu’à la dépersonnalisation) que les Marcel Duchamp (qui avait affublé la Joconde de cet attribut masculin quelques décennies auparavant).

Insolence sur le même thème

Ici une moustache, un strabisme ou un clignement de l’œil ;  ailleurs un faux nez ou une paire de jumelles. Piero Fornassetti crée 350 versions différentes de sa diva, tantôt méduse, tantôt lune. Dans sa boutique-capharnaüm de Brera, une pancarte défie le passant d’en inventer de nouvelles contre six assiettes gratuites. En se multipliant, la polissonnerie d’écolier prend une tournure absurde, tendance surréaliste, et conceptuelle. Entachant de kitsch la sacro-sainte porcelaine, Fornassetti tire la langue (il l’a tenté celle-là aussi) au bon goût et à la bien-pensance bourgeoise de l’époque.

Un Fornassetti fémininiste ?

Quitte à extrapoler, extrapolons. On se plaît à imaginer notre Fornassetti féministe, imprimant le visage de la femme dans l’assiette au lieu de la lui faire servir. Car la dame porte avec aplomb la moustache (comme on imagine qu’elle portait à la veille de la guerre le pantalon). Revanche du modèle ?

 

 

PIERO FORNASETTI : LA FOLIE PRATIQUE

11/03/2015 > 14/06/2015

Les Arts Décoratifs

PARIS

Présentée dans la grande nef des Arts Décoratifs, cette exposition regroupe plus de 1000 pièces du designer italien puisées au cœur de...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE