Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_4 ANDERS ZORN

15/09/2017 > 17/12/2017

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Insolite! la pagode bouddhiste du bois de Vincennes tout juste restaurée

Florence Bousquet 1 juin 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Saviez-vous que dans le bois de Vincennes se trouvait une pagode bouddhiste ? A l’occasion de la restauration de cet ancien pavillon colonial travesti en temple religieux, nous vous emmenons à sa découverte.

Pagode bouddhiste du bois de Vincennes, © Grook da Oger via Wikipedia commons

A l’origine…

Construit en 1931 près du lac Daumesnil dans le bois de Vincennes (métro Porte Dorée), cet étrange bâtiment en crépi de terre, tiges de raphia et au toit en chaume bombé (typique de l’architecture vernaculaire en Afrique centrale) à été bâti à l’origine par Louis-Hyppolite Boileau (architecte entre autres du palais de Chaillot) pour accueillir le pavillon du Cameroun de l’exposition universelle.

En 1933, le lieu devient un musée des industries du bois.

Un destin bouddhiste

En 1975, le bâtiment est protégé au titre des Monuments Historiques et accueille en 1976 l’Union Bouddhiste de France. Une façade shintoïste est plaquée et une statue monumentale de Bouddha (la plus haute d’Europe avec ses dix mètres, conservant des reliques du « Bouddha historique ») est placée à l’intérieur.

Une restauration nécessaire

La restauration réalisée en 2014, financée à hauteur d’un million d’euros par la Mairie de Paris, a permis de retrouver les motifs coloniaux originels en façade« Les enduits étaient devenus noirs, il y avait énormément de trous dans les plâtres, dans les structures, les pigeons s’infiltraient et faisaient des dégâts… La structure du portique shintoïste ne tenait plus, il était abîmé, les poteaux étaient fissurés », explique Liliane Lefait-Chatel, responsable bénévole des lieux.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE