Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Milan 2015 : une exposition universelle qui n’est pas au goût de la presse

Florence Bousquet 29 mai 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Au tour de Milan, cette année, d’organiser son exposition universelle autour du thème « nourrir la planète ». Notre revue de presse des premières critiques – très mitigées – parues depuis son inauguration le 1er mai. 

Entrée de l’exposition universelle, © Expo 2015 / Daniele Mascolo

La mayonnaise ne prend pas

« Milan laisse le visiteur sur sa faim » titre Le Journal des arts. Si les métaphores gustatives pleuvent, elles sont souvent négatives. Les journaux reprochent aux pavillons nationaux censés proposer des solutions pour nourrir la planète de vanter leur patrimoine gastronomique local.

Télérama résume durement la situation : « Des Qataris en costumes traditionnels savourant des glaces italiennes, une fanfare de fruits en peluche, des lycéens surexcités devant des pots de Nutella géants, d’improbables jardins suspendus sur des vaisseaux design, et même Carole Bouquet en pleine dégustation d’un magnifique poisson de Lampedusa…». Tout cela entrecoupé de pavillons Coca-Cola, Lindt et MacDo, sponsors de l’exposition. Les journaux s’accordent sur ce point : ils n’ont rien à faire là. « C’est une fête foraine, une gigantesque foire commerciale » (Le Quotidien de l’Art) qui cache une « faiblesse scientifique déconcertante » (Le Journal des arts).

De plus, les magazines relèvent le coût élevé de l’organisation (3 milliards d’euros) et des problèmes de corruption en amont.

Une architecture sans grand intérêt

Les pavillons internationaux sont « tantôt kitsch, tantôt tape-à l’œil » (Le Journal des arts) ou, au contraire, en bois et « parés d’une candeur virginale » (Le Monde).

À l’inverse de l’Exposition universelle de Shanghai en 2010, celle de Milan n’offre pas le moindre geste architectural. « Nous sommes loin des «folies» architecturales des expositions universelles du XIXème siècle. Pas la peine non plus de chercher de l’art », écrit Le Quotidien de l’Art.

Pavillon français, © Expo 2015 / Daniele Mascolo

Le pavillon français divise

Le pavillon français est une structure gaufrée en bois massif réalisée par le cabinet d’architectes X-TU et Adeline Rispal. Rien de révolutionnaire pour Télérama, tandis que Le Quotidien de l’Art regrette que le visiteur soit accueilli par « trois artichauts et un poivron clinquants du sculpteur Patrick Laroche ».

Pour Paris Match, la France a gagné le pari de l’originalité et de l’innovation. Comme pour Le Progrès qui écrit : « Ce pavillon élégant permet à la France de renouer avec l’esprit des expositions universelles et de ses réalisations spectaculaires ». Une note d’optimisme pour Paris qui vient de lancer officiellement sa candidature à l’exposition universelle de 2025 et rêve de rivaliser avec ses heures de gloire du XIXème siècle.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE