Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

La Biennale de Lyon en peintre de la vie moderne

Céline Piettre 20 mai 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Réunis à la Gaîté Lyrique à l’occasion d’une conférence de presse, le directeur artistique de la Biennale de Lyon Thierry Raspail et son commissaire invité, l’Américain vivant à Londres Ralph Rugoff, présentent une 13ème édition (10 septembre 2015) sur le thème de la « Vie moderne». Avant-goût des réjouissances.

On pense Baudelaire, Tati, Chaplin, Greenberg, les années 1960 et les fours à micro-ondes. La « vie moderne », thématique de la future Biennale de Lyon, s’explorera à travers trois expositions, prolongées par « Veduta » (plate-forme qui lie artistes en résidence et publics) et « Résonance » (le programme « off »). Aux lieux historiques comme La Sucrière et le Musée d’art contemporain viendra s’ajouter le Musée des confluences fraîchement inauguré en 2014.

bienT©Yuan Goang-Ming

Baromètre

Au programme : un parcours qui aborde non pas le concept de modernité (cher à la théorie artistique) mais l’expérience contemporaine dans toutes ses incertitudes et ses contradictions. Cette « nouvelle normalité », comme la décrit Ralph Rugoff dans un anglais délicieusement britishisé par des années de vie à Londres et précédé de quelques mots de français. La vie moderne : c’est quoi ? c’est quand ? a t-elle déjà existé ? s’interroge le commissaire. Sur les cimaises, elle se matérialise par des propositions en relation directe avec notre actualité : impact environnemental, gestion des ressources et intrusion croissante des nouvelles technologies. Une actualité traversée par l’histoire (avec la question du colonialisme et des révoltes ouvrières, celle des Canuts en tête). Un présent « hanté par le passé » (l’expression revient à plusieurs reprises) dont les artistes s’emparent selon une perspective déviée. Affiche de la manifestation, la plage sur fond de réacteurs nucléaires de Yuan Goang-Ming symbolise cette ambiguïté du confort « moderne ». Toute biennale est un baromètre explique Ralph Rugoff, qui nous invite à utiliser l’art au quotidien au lieu de le consommer.

Anish Kapoor et 20 % d’artistes français 

Quelques minutes avant le début de la conférence de presse, Anish Kapoor (exposé au Château de Versailles dès le 9 juin) confirmait sa présence à l’oreille de Thierry Raspail. La star de l’art contemporain britannique vient donc s’ajouter à la dernière minute à une liste d’artistes internationaux raccourcie – soixante au lieu de quatre-vingt pour la précédente édition – et particulièrement favorable à la scène française. Julien Prévieux (Prix Duchamp 2014), Camille Henrot (Lion d’argent de la 55ème Biennale de Venise), Mohamed Bourouissa ou Emmanuelle Lainé (lire son portrait ici) se retrouveront ainsi sur les cimaises.

Invité sur l’estrade par Ralph Rugoff, Camille Blatrix décrit avec une décontraction virtuose son projet pour la Biennale : un distributeur d’argent (cash machine) doté « d’un coeur ». Fabien Giraud et Raphaël Siboni lieront quant à eux le passé (de l’industrie textile lyonnaise) au futur (de nos technologies informatiques). Egalement de la fête, Céleste Boursier-Mougenot (à peine revenu de la Biennale de Venise où il représentait la France) profite de l’occasion pour régler ses comptes au sujet de l’emplacement dévolu à son oeuvre. Léger froid dans l’assistance, que le verre final viendra réchauffer.

E-book

Modernité (et tendance) oblige, le catalogue aura sa version numérique. Conçu par le collectif ABM, rois incontestés en la matière, il sera accessible à 5 euros, soit la moitié du prix de l’exemplaire papier. C’est aussi pour ça qu’on l’aime, cette Biennale de Lyon, car elle n’oublie jamais de penser à nous, les visiteurs.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE