Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Renzo Piano offre un nouvel écrin au Whitney Museum de NYC

Florence Bousquet 6 mai 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le musée new-yorkais consacré à l’art américain du XXème s’offre un nouvel écrin à Manhattan, l’ancien bâtiment étant devenu trop exigu. Une architecture de verre et d’acier signée Renzo Piano qui donne une nouvelle visibilité à l’institution.

Whitney Museum, 2014, © Ed Lederman, courtesy Whitney Museum of American Art

C’est au cœur du West Village sur l’île de Manhattan et en bordure de l’Hudson que s’est installé depuis le 1er mai le Whitney Museum. L’architecte du bâtiment Renzo Piano a décidé de jouer du passé industriel du quartier pour construire un édifice asymétrique, reprenant la forme d’un paquebot prêt à prendre le large.

Avant d’occuper ce nouveau bâtiment, le Whitney Museum, fondé en 1931 par la célèbre collectionneuse d’art Gertrude Whitney, occupait un immeuble brutaliste de l’Upper East Side signé Marcel Breuer. Celui-ci étant devenu trop étriqué, la direction a décidé de déménager dès 2011.

Une collection mise en valeur par l’architecture

Construit sur neuf étages, ses multiples terrasses et ses ouvertures sur la baie de Manhattan, permettent de profiter pleinement de la vue tout en valorisant les œuvres au sein d’un environnement clair et vaste. L’architecte lui-même dit : « L’art c’est la liberté, et j’espère que vous sentirez que ce bâtiment est conçu pour rendre la liberté visible ». Au total, le musée disposera de 4650 m2 (le double de son ancienne surface) pour loger sa collection de plus de 22 000 pièces. Parmi elles, des œuvres phares offrant un panorama complet de l’art contemporain américain ; avec par exemple des pièces de Jasper Johns, Jackson Pollock, Alexander Calder ou Jeff Koons. Pour permettre une circulation optimale, l’architecte a réussi l’exploit architectural de construire une salle au 5ème étage de 1675 m² sans colonnes structurelles.

Certes, le chantier a coûté 422 million d’euros (le prix du chantier de la Philharmonie de Paris) mais la collection en avait besoin. La première exposition temporaire qui s’y déroulera s’appelle « America is Hard to See ». Espérons qu’au contraire dans ce nouveau musée consacré à l’art américain, l’Amérique s’y dévoilera sans efforts.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE