Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Varini hypnotise La Villette

Florence Bousquet 21 avril 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Véritable magicien de l’espace, Felice Varini fait apparaître des demi-cercles rouges, carrés bleus ou triangles dans le parc de La Villette. Impressionnantes, ses anamorphoses sont à voir gratuitement jusqu’au 13 septembre dans l’exposition « La Villette en suites ».

Felice Varini, Arcs de cercle sur diagonale, Paris 2015, Parc de la Villette, Paris, © André Morin

En marchant vers le parc de la Villette (depuis la sortie de métro Porte de Pantin), des lignes rouges attirent le regard et se mettent à bouger. D’habitude, on longe le bas-côté couvert de la Grande Halle de verre et d’acier sans s’arrêter, aspiré par l’appel de la Cité des Sciences. Cette fois-ci on ralentit le pas : huit demi-cercles rouges se dessinent, formant une onde concentrique nous absorbant vers le fond. Ici, Felice Varini joue avec la perspective du lieu. Il se sert de la profondeur pour réduire notre perception des distances, à la manière des Grands Bassins de Le Nôtre à Versailles, tous de tailles différentes mais qui paraissent de la même longueur regardés depuis la terrasse royale. L’artiste applique le même principe optique à La Villette, altérant notre sensation de l’espace, plus ramassé qu’à l’accoutumée.

Felice Varini, artiste originaire de Locarno en Suisse, vit aujourd’hui à Paris. Il a commencé ses anamorphoses dans les années 1980. Depuis, cet illusionniste a investi une centaine de lieux en France et à l’étranger  (notamment dans l’exposition « Dynamo » au Grand Palais (2013), La Maréchalerie de Versailles en 2013 ou les toits de la ville d’Hasselt en Belgique en 2014). Magicien mais aussi artiste de l’espace qui révèle des lieux peu fréquentés en leur donnant de la valeur.

Felice Varini, Rouge Jaune Noir Bleu entre les disques et les trapèzes, Paris 2015, Parc de la Villette, Paris, © André Morin

Felice Varini a été contacté par La Villette il y a deux ans. « C’est toujours comme ça, explique-t-il, on m’appelle, puis je choisis les lieux précis où je souhaite m’installer ». Pour cette réalisation in situ, un mois et demi ont été nécessaires. Comme à son habitude, Felice Varini a pris les pinceaux pour aider son équipe de vingt personnes. Ils ont travaillé dans des conditions particulières : de nuit et toutes lumières (du parc) éteintes pour mieux voir la forme projetée sur la Halle.

Trois autres créations sont à découvrir dans le pavillon Paul Delouvrier, bâtiment de marbre blanc de l’architecte Oscar Tusquets. Les grandes salles, entièrement vides et scandées de poteaux, sont habitées par des tâches de couleur. Entre le spectateur et l’œuvre commence un amusant jeu de point de vue. Simple mais spectaculaire. Ses installations donnent une place primordiale à notre regard et à notre positionnement dans l’espace, dynamisant notre corps en même temps qu’elles provoquent notre regard. C’est nous qui faisons l’œuvre. Chez Varini, les formes et les couleurs restent primaires même si l’artiste dit avoir été surpris par les nuances qu’elles pouvaient prendre, ici à la Villette. «Dès que je mets la couleur sur une surface il y a des variations de bleus, de rouges, de jaunes, sans fin. Le déplacement génère des formes et des valeurs de couleurs variables, imprévisibles, même pour moi.»

Du Varini reste du Varini mais les jeux d’optique fonctionnent et le tâtonnement pour recomposer chaque forme est une expérience individuelle sans cesse renouvelée.

Felice Varini, Quatorze triangles percés/penchés, Paris 2015, Parc de la Villette, Paris, © André Morin

FELICE VARINI. LA VILLETTE EN SUITES

15/04/2015 > 13/09/2015

Parc de la Villette

PARIS

Du 15 avril au 13 septembre 2015, La Villette invite Felice Varini à intervenir sur le parc : dans le pavillon Paul-Delouvrier et sous la g...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE