Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Comment peignait Chagall ?

Florence Bousquet 17 avril 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les Musées royaux des beaux-arts de Bruxelles présentent jusqu’au 28 juin une riche rétrospective sur Marc Chagall, co-menée par Meret Meyer, la petite-fille de l’artiste. Ce large panorama de plus de 200 œuvres (on y retrouve les célèbres L’anniversaire ou La promenade) nous en met plein les yeux. L’occasion de découvrir le processus créatif du peintre russe né en 1887. 

Marc Chagall, Maquette définitive pour le Plafond de l’Opéra Garnier, Paris, 1963, gouache sur papier entoilé. Collection privée © Chagall ® SABAM Belgium 2015

Marc Chagall, on connaît : le plafond de l’Opéra de Paris, ses boucles rebelles, ses toiles aux couleurs acidulées, ses anges volants… et on a pu admirer son œuvre il y a à peine deux ans, en 2013, au Musée du Luxembourg à Paris. Que pouvait apporter de neuf la rétrospective que lui consacrent en ce moment les Musées royaux des beaux-arts de Bruxelles ? Pas de surprises au rendez-vous pour cet accrochage qui insiste sur les aspects sensibles et poétiques du peintre. Néanmoins, la présence d’esquisses préparatoires mettant en lumière le processus créatif de l’artiste, valent le détour.

Le long des salles thématisées par périodes artistiques, quatre œuvres parmi un large panel (allant des toiles de jeunesse à celles de sa maturité) sont assorties de leurs croquis préparatoires : les décors du théâtre juif de Moscou de 1919 (aujourd’hui disparu), le tableau à l’ange rouge peint de 1923 à 1947, le dessin de la fresque de l’Opéra Garnier à Paris et celle du Metropolitan Opéra de New-York.

Si les toiles de Chagall respirent d’une spontanéité du trait, le sujet est réfléchi longuement en amont chez celui qui – dit-on – peignait toujours en musique. Sur ses esquisses, il débute toujours par la masse, puis ajoute les détails. Elément intéressant : Chagall commence soit par poser les couleurs, soit par dessiner les traits ; ne mêlant jamais les deux dès le départ. L’artiste use de supports et de techniques hétéroclites (aquarelle, gouache, pastel, collage, encre, crayons de couleur…). Le détail des traits importe peu; c’est sur le sujet qu’il se concentre.

La chute de l’Ange et le plafond de l’Opéra Garnier

Marc Chagall, La chute de l’ange, huile sur toile de lin, 1923-1933-1947. Collection privée, en dépôt au Kunstmuseum Bâle © Kunstmuseum Basel / Chagall ® SABAM Belgium 2015

Le monumental La chute de l’Ange, introduit la section consacrée à «Chagall pendant la guerre». Les esquisses préparatoires de ce tableau au sujet sensible et engagé (l’extermination des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale) ont beaucoup évolué (il mettra dix ans à terminer le tableau). Par exemple sur ses premiers dessins sans couleurs, il ne représente pas l’étoile juive sur la Torah mais la rajoute sur la toile finale. La figure du Christ n’apparaît pas non plus avant 1940. Les dessins révèlent les réticences du peintre à prendre parti. Avec l’avancée de la guerre, il se rend compte de la gravité de la situation et assume la dureté du sujet.

Maquettes du plafond de l’Opéra Garnier, 1963, collection privée. Courtesy Musées royaux des beaux-arts de Bruxelles  © Exponaute

Dans la dernière salle, à côté des costumes de scène qu’il a dessinés, sont accrochées des esquisses du plafond de l’Opéra Garnier réalisées entre 1962 et 1963, après la décision de Malraux de retenir Chagall pour le projet de décoration. Il a 76 ans et a atteint sa période de maturité artistique. Il est intéressant de constater que Marc Chagall a commencé son premier croquis en posant cinq masses de couleurs, avant de dessiner une quelconque forme. Les personnages sont griffonnés à part puis assemblés aux couleurs : dans chaque espace coloré prennent place deux représentations d’opéras ou de pièces de compositeurs russes, allemands ou français que le peintre appréciait. Autour d’eux viennent graviter des anges, des personnages ou des monuments parisiens, comme la Tour Eiffel. Derrière une petite fenêtre, on peut même apercevoir Malraux en poète.

CHAGALL

28/02/2015 > 28/06/2015

Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique

BRUXELLES-VILLE

Plus de deux cents œuvres de Marc Chagall provenant du monde entier ont été rassemblées pour cette importante rétrospective. L’exposi...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE