Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 LE PAYSAGE MYSTIQUE

14/03/2017 > 25/06/2017

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 JARDINS

15/03/2017 > 24/07/2017

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 OLGA PICASSO

21/03/2017 > 03/09/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 DE ZURBARÁN À ROTHKO.

03/03/2017 > 10/07/2017

Musée Jacquemart-André - PARIS

LA NEWSLETTER

Quand Joann Sfar rencontre Bonnard

Florence Bousquet 30 mars 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Joann Sfar a revisité les femmes au bain de Bonnard en dessins à l’occasion de l’exposition « Bonnard, peindre l’Arcadie » au musée d’Orsay. Ces illustrations vont faire l’objet d’un album, Je l’appelle monsieur Bonnard, publié le 8 avril prochain aux éditions Hazan.

Joann Sfar, Je l’appelle monsieur Bonnard, 2014, tempéra et encre de Chine, dessin pour Je l’appelle monsieur Bonnard.

L’artiste multiforme, dessinateur, scénariste, réalisateur (entre autres du film Gainsbourg, vie héroïque) revient à ses premiers amours du dessin en publiant un album d’illustrations où sont mis en scène les modèles féminins de Bonnard. Ni bande-dessinée, ni catalogue, l’album est une compilation de petites scènes réalisées en majorité à l’encre et agrémentées parfois de bulles de texte. On y voit ces femmes nues au bain monologuant en attendant l’arrivée du peintre.

Au total 61 dessins et 65 peintures (pour la première fois, Joann Sfar a peint sur toile) ont été réalisés par l’artiste. L’album sera vendu au prix de 15 euros.

Cet ensemble sera présenté dans une exposition publique chez Artcurial du 17 au 24 avril prochain. Il sera possible d’acquérir certaines des oeuvres en vente privée. En 2014, la maison française avait proposé aux enchères les dessins originaux du Chat du rabin pour un montant total de 571 000 euros.

Joann Sfar, J’attends, avec une anxiété certaine, Monsieur Bonnard, 2014, tempéra et encre de Chine, dessin pour Je l’appelle monsieur Bonnard

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE