Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Les robots humains débarquent au Palais de Tokyo

Florence Bousquet 20 février 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Des robots débarqués tout droit de la série suédoise Real Humans…sauf qu’on n’est plus dans la fiction mais dans la réalité. Votre rêve (ou votre cauchemar) a été réalisé par Hiroshi Ishiguro dans l’étonnante exposition « Le bord des mondes », présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 17 mai.

 Iroshi Ishiguro, Kouka, 2014, vue de l’exposition « Le Bord des Mondes ». Crédit photographique : André Morin. Courtesy Hiroshi Ishiguro

Au milieu des jeux de cartes truquées de Jesse Krimes, du monstre géant en bambous avançant tout seul de Theo Jansen et du capteur de nuages de Carlos Espinosa : une salle blanche aseptisée comme une chambre d’hôpital. Contre l’un des murs : un homme et une femme, immobiles et le regard baissé, font penser à ces hommes-statues devant les monuments touristiques qui attendent une pièce de monnaie pour bouger. On hésite à s’approcher mais la curiosité l’emporte. Et stupéfaction : l’homme et la femme ne sont pas des humains mais des robots. Un objet tombe. Les deux robots tournent brusquement la tête vers nous. La femme humanoïde plante son regard dans le nôtre et on comprend ce qui était faux chez eux : ce regard complètement dénué de vie, réaliste mais sans âme, avec une conscience qui ne leur appartient pas.

Leur créateur Hiroshi Ishiguro explique que ce n’est pas grave, que lui-même « n’a pas le sentiment d’avoir une âme ». Si le règne des robots semble encore futuriste et éloigné de nous, le créateur, lui, est persuadé du contraire. Ce chercheur japonais en intelligence artificielle et en robotique (et un brin fou) dit s’intéresser à ce qui fait l’essence de l’homme en essayant de le recréer. C’est ce qui l’a amené à fabriquer son double qu’il envoie parfois en réunion à sa place. A l’avenir il pense que chacun aura sa réplique robot : « Imaginez que vous perdiez votre fille dans un accident de la route et que je créé un androïde à son image. Vous allez probablement l’aimer et l’accepter comme un être humain » explique-t-il au Nouvel Obs en 2014.

Les limites de l’art

Les robots humanoïdes du chercheur font partie de cette éclectique exposition qui a pour ambition d’explorer des pratiques, des intentions ou des objets, qui ne sont à priori pas de l’art. Le président du Palais de Tokyo Jean de Loisy, qui n’a pas peur des propositions décalées, repose la question de la définition de l’art et de ses géographies. « Le territoire de l’art n’est pas limité car l’art n’est pas une discipline mais un système de connexions entre la totalité des connaissances et des aspirations humaines » explique t-il. On pourra donc y voir des installations inclassables à la lisière de l’art caractérisées par leur singularité et surtout leur caractère expérimental.

C’est à cette frontière entre art et science que se situe le chercheur japonais, qui, comme l’artiste, se questionne sur des concepts, ici l’homme, pour en sortir une forme par le biais de la technologie. L’expérimentation est au centre de ses recherches ainsi que la remise en cause de nos principes. Il doute par exemple de l’existence d’une nature prétendument humaine.

Et si vous n’êtes pas rassasiés vous pourrez toujours vous rendre aux Jeux Olympiques des robots en 2020 que souhaite organiser le maire de la Ville en parallèle des Jeux Olympiques de Tokyo. Mais est-ce encore de l’art ?

Beurre en stick, Kawakami Kenji. Courtesy Jean-Christophe Lecoq.

LE BORD DES MONDES

18/02/2015 > 17/05/2015

Palais de Tokyo

PARIS

Y-a-t-il des œuvres qui ne soient pas d’art ? C’est en s’interrogeant avec Duchamp sur l’essence de la création et ses territoires...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE