Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le bestiaire d’Oudry réenchanté par Julien Salaud

Florence Bousquet 20 février 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’union était évidente. Prenez un peintre classique, représentant des chasses royales de Louis XV, et ajoutez-y une pointe de pop, vous obtiendrez l’exposition «Les chasses nouvelles, Jean-Baptiste Oudry et Julien Salaud» qui débute mardi 24 février 2015 au Musée de la chasse et de la nature à Paris.

 Julien Salaud, Printemps, 2013. Taxidermie de cerf élaphe, fil de nylon, perles de rocailles © Julien Salaud, Galerie Suzanne Tarasiève.

Le musée, ce petit bijou niché au cœur du haut Marais, a donc décidé de « ressusciter » le peintre  Jean-Baptiste Oudry après l’acquisition de quatre de ses tapisseries des Chasses nouvelles, réalisées en 1728. A cette occasion, Julien Salaud, invité d’honneur du Salon de Montrouge 2014, a conçu 16 œuvres en lien avec les tentures et les tableaux du peintre français. C’est un dialogue contemporain, comme aime à les faire le lieu.

Si vous ne connaissiez pas Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), il est temps de le découvrir. C’était LE peintre des animaux au temps de Louis XV. Il avait son thème de prédilection : les chasses royales, qu’il observait au château de Compiègne. Protégé par l’Intendant des Finances de l’époque, l’artiste a rétabli la manufacture royale de Beauvais ; et la manufacture royale des Gobelins réalisait des tapisseries de chasse d’après ses tableaux.

Nouvelles chasses Julien Salaud, 2014, Dessin, © Julien Salaud

Le lien était évident avec les œuvres de Julien Salaud (né en 1977 et vivant à Orléans), qui s’intéresse aussi à la nature et aux animaux. Celui qui a vu sa carrière monter en flèche ces dernières années aime à retoucher des bêtes empaillées. Il s’intéresse également aux créatures célestes, chimères faites d’oiseaux et d’insectes, composant ainsi un bestiaire magique qui nous confronte à la puissance et au mystère du règne animal. C’est cet onirisme qui se dégage de l’œuvre de Jean-Baptiste Oudry notamment dans le dessin de ses forêts luxuriantes entourant les bêtes. Et même si Julien Salaud use de néons et de couleurs vives selon une esthétique très actuelle, on retrouve la même préciosité dans la touche du peintre et dans la sophistication du jeune artiste. Autre point commun : tous deux aiment travailler le fil, le peintre dans ses tapisseries et le jeune artiste dans ses sculptures, comme dans l’œuvre Printemps qui ouvre l’exposition : un cerf empaillé rebrodé de perles et aux bois enchevêtrés dans une résille de fils de nylon et de perles de rocailles.

Un voyage à la fois étrange et onirique au milieu d’une nature figée que les deux artistes rendent magique.

Julien Salaud, Stellar Cave II, 2013, courtesy galerie Suzanne Tarasieve.

Jean-Baptiste Oudry, Le loup et l’agneau, huile sur toile, collection privée, courtesy Christie’s.

LES CHASSES NOUVELLES

24/02/2015 > 15/06/2015

Musée de la chasse et de la nature

PARIS

Entre l’art de la tapisserie, tel que le pratiquaient les lissiers de la manufacture royale de Beauvais, l’art contemporain et la taxide...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE