Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Save the date : les grandes expos de 2015

Magali Lesauvage 12 décembre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’année 2014 se termine à peine, quelles expos aurons-nous retenues ? Spontanément nous reviennent en mémoire l’angoisse existentielle de la collection Lambert à la prison Sainte-Anne d’Avignon, le mythe Duchamp mis à nu au Centre Pompidou, la révolution Malevitch à Londres ou l’éblouissante confrontation Rodin-Mapplethorpe. Mais regardons plutôt vers l’avenir : art contemporain, art brut, pop star, grands maîtres de la peinture, architecture… voici les belles expos qui nous attendent en France en 2015.

Nicolas Poussin, Le Miracle de saint François-Xavier (détail), 1641, Paris, musée du Louvre.

Le musée d’art brut-moderne-et-contemporain de Villeneuve d’Ascq accueille une grande figure de l’art brut, Aloïse Corbaz, artiste envoûtée par l’amour et la peinture. Au cœur de l’expo : le grand rouleau du Cloisonné de théâtre de quatorze mètres de long.

Loin des représentations idéales d’un Poussin, c’est la Rome violente et pauvre du début du XVIIe siècle qui est évoquée dans cette exposition qui rassemble des artistes de toute l’Europe, de Caravage à Claude Lorrain. Un grand âge de la peinture, tendue entre idéal et réalisme.

L’expo-sensation du Victoria & Albert Museum de Londres débarque à Paris pour célébrer la grande icône astro-pop, maître de l’ambiguïté glam à l’allure insaisissable. Une expo sonore et visuelle pour les fans de Ziggy Stardust et les nostalgiques de la liberté queer.

  • Bruce Nauman, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris (15 mars-14 juin)

Au printemps, la Fondation Cartier ouvre son bâtiment de verre au grand artiste américain Bruce Nauman, Lion d’or de la Biennale de Venise 2009, et maître de l’art minimal et conceptuel. Au programme de cette expo conçue avec l’artiste, des œuvres récentes créées ces quatre dernières années.

Peintre de l’intime et de la couleur, le grand Pierre Bonnard est célébré au musée d’Orsay dans une exposition qui rassemble ses toiles, ses gravures et ses photographies. L’occasion de redécouvrir cet artiste des plus touchants, de la période d’effervescence nabie aux derniers autoportraits dramatiques.

  • Velázquez, Grand Palais, Paris (25 mars-13 juillet)

Rare, trop rare en France, l’œuvre du grand peintre du Siècle d’or espagnol Diego Velázquez se mesurera au Grand Palais à celle de ses contemporains du début du XVIIe siècle. Paysages, portraits et peinture d’histoire devront permettre de comprendre les clés de ce grand styliste, entre caravagisme et naturalisme.

« Poussin et Dieu », tout un programme… Par un tel énoncé, le musée du Louvre nous convie à explorer la peinture sacrée du grand artiste classique français, et sa réflexion personnelle sur la religion chrétienne et la manière de la représenter.

  • Le Corbusier, mesure de l’homme, Centre Pompidou, Paris (29 avril-3 août)

Avec comme sujet principal de réflexion le corps humain, comme mesure pour l’habitation et le mobilier, mais aussi la perception et la spiritualité, l’exposition du Centre Pompidou revient sur une figure majeure de l’architecture du XXe siècle, celle du Suisse Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier. Sans doute l’une des expos de l’été.

  • Paris, Florence, Sienne. 1250-1320, Louvre-Lens (27 mai-28 septembre)

De la peinture, encore de la peinture ! Et tant mieux. Cette fois-ci c’est au Louvre-Lens qu’il faudra se rendre pour déguster les œuvres des peintres de la fin du Moyen Âge florentin et siennois, influencés par le gothique parisien.

  • Réouverture de la collection Lambert en Avignon (à partir du 3 juillet)

Fermée depuis un an, la collection Lambert devrait rouvrir à l’été prochain dans le très bel hôtel de Caumont agrandi, avec notamment une exposition consacrée à Patrice Chéreau, grande figure disparue du festival d’Avignon.

  • Le portrait florentin à la cour des Médicis. Bronzino, Salviati, Pontormo, musée Jacquemart-André, Paris (11 septembre 2015-25 janvier 2016)

De la peinture toujours, et quelle peinture, à l’automne prochain au musée Jacquemart-André ! Celle du Cinquecento à Florence et de l’art du portrait comme instrument de pouvoir et de communication politique, mais également mode d’analyse psychologique.

  • Dominique Gonzalez-Foerster, Centre Pompidou, Paris (23 septembre 2015-1er février 2016)

Comme nous l’annonçait le directeur du musée national d’Art moderne Bernard Blistène, le Centre Pompidou accueillera fin 2015 l’artiste française Dominique Gonzalez-Foerster, figure importante de l’art des années 1990-2000. On espère une expo au niveau de celle de son homologue Pierre Huyghe l’an passé.

  • Martin Scorsese, Cinémathèque française, Paris (7 octobre 2015-24 janvier 2016)

C’est à la Cinémathèque française que le grand styliste du cinéma américain Martin Scorsese aura droit à sa première exposition mondiale. Gageons que l’univers très visuel du réalisateur de Casino ou de Raging Bull siéra à merveille au format difficile de l’expo de cinéma. 

  • John Giorno par Ugo Rondinone, Palais de Tokyo, Paris (21 octobre 2015-10 janvier 2016)

Autre grande figure de l’art contemporain et de la performance, le poète et artiste américain John Giorno est l’invité du Palais de Tokyo, avec une exposition mise en œuvre par un autre artiste, Ugo Rondinone. « Chacun est une déception totale », dit un wall painting de Giorno déjà installé au PalTok. Espérons que ça ne soit pas le cas cette fois-ci.

  • Picasso face aux artistes contemporains, Grand Palais, Paris (automne)

Prévue depuis un moment et confirmée par le nouveau directeur du musée Picasso Laurent Le Bon, l’expo Picasso face aux artistes contemporains prévue à l’automne prochain au Grand Palais promet un très beau, mais périlleux sujet, et devrait clore en beauté l’année.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE