Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Pour Noël, offrez du crowdfunding : 10 opérations à soutenir

Magali Lesauvage 11 décembre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Et si pour Noël vous (vous) offriez du mécénat participatif ? Voici 10 projets de crowdfunding patrimoniaux ou artistiques qui méritent qu’on les soutienne, du lancement d’une webradio à la restauration d’un Courbet.

Mardi 9 décembre, la ministre de la Culture Fleur Pellerin décorait une quinzaine de « donateurs de la culture représentatifs, par la fréquence de leurs dons et leur diversité, du mouvement du mécénat participatif ». Elle annonçait à la même occasion la création en 2015 d’un portail en ligne référençant les projets patrimoniaux ou artistiques lancés par le ministère et par les principaux sites de crowdfunding (ou souscription).

Aujourd’hui les donateurs ne sont plus seulement les Rockefeller ou les grandes entreprises désireuses de graver leur nom en lettres d’or sur les cimaises des musées. Des milliers d’individus, souvent anonymes, souhaitent s’associer à ces projets, avec des contreparties qui vont du simple remerciement à un accès VIP ou un multiple d’artiste. « Tous mécènes ! » est d’ailleurs le titre générique fortement incitateur donné par le Louvre à ce type d’opération.

En ces temps de crise budgétaire et de désintérêt du politique pour la culture (lire notre article sur les lieux d’art en danger), de plus en plus de musées, revues et centres d’art font appel au grand public pour les aider à acquérir ou restaurer une œuvre, réhabiliter un bâtiment ou lancer un projet artistique. Certains organisent leurs propres appels à souscription, d’autres font appel à la Fondation du Patrimoine ou à des sites internet dédiés comme Ulule ou Kisskissbankbank.

Voici une sélection de 10 projets, des plus confidentiels aux plus prestigieux, auxquels vous pouvez participer actuellement :

Soutenir la webradio r22 Tout-monde. Objectif : 3000 euros (ou plus).

Initiée par le centre d’art Khiasma, au Lilas, r22, la « webradio des arts et du commun », est née de la volonté de « constituer une zone de confluence, un outil collaboratif, ainsi qu’un lieu de débat ». A écouter : les artistes et commissaires en résidence, des œuvres sonores et autres voix singulières.

Restaurer un banc du château de Versailles. Objectif : 3800 euros.

Sur les 129 bancs en marbre que compte le parc du château de Versailles, un seul reste à restaurer. Il se situe dans le bosquet de la Girandole, créé par Le Nôtre en 1661-1663. Quel geste plus romantique que de contribuer à sa restauration ?

Soutenir une revue d’art, La belle revue. Objectif : 5000 euros.

Revue d’art contemporain, La belle revue est présente sur internet, et une fois par an en version papier. Fondée à Clermont-Ferrand, elle propose des critiques d’expos, entretiens et essais expérimentaux et prépare sa nouvelle formule pour mars 2015. A noter : de belles contreparties pour les plus généreux donateurs, notamment des œuvres de Marie Lancelin, Julien Nédélec et Samuel Richardot.

Restaurer un tableau de François-Xavier Fabre du musée Réattu d’Arles. Objectif : 5000 euros (ou plus).

François-Xavier Fabre, La Prédication de saint Jean-Baptise dans le désert, 1790-1791, Arles, musée Réattu.

La Prédication de saint Jean-Baptise dans le désert, toile de Fabre réalisée en 1790-1791 à Rome, est en piteux état. Très davidienne, l’œuvre de 2,45 m de haut est un fragment d’une grande composition laissée inachevée à cause des événements révolutionnaires. Sa restauration est indispensable.

Archi Wiki, un site collaboratif sur l’architecture des villes. Objectif : 10 000 euros.

© Archi-Strasbourg.

Projet de site collaboratif sur l’architecture conçu sur le modèle de Wikipédia, Archi Wiki a pour principe de constituer des fiches sur des bâtiments et de partager des savoirs (année de construction, architecte, style, photos, plans). Une application mobile permet d’accéder à l’histoire des édifices au fil de la promenade. Consacrés jusqu’à présent à la ville de Strasbourg, site et appli pourraient être étendus à la France entière.

Sauver le musée de l’éventail. Objectif : 12 000 euros.

© musée de l’éventail.

Avec plus de 2000 pièces et un atelier de confection, le musée de l’éventail créé par l’éventailliste Anne Hoguet est un lieu unique, au charme désuet très Belle Epoque, situé dans une galerie-boutique du Xe arrondissement. Douze mille euros sont nécessaires à sa survie et à la création d’un catalogue en ligne de ses collections. Déduction fiscale comprise, vous pouvez même obtenir en contrepartie un bel éventail.

Restaurer L’Atelier de Courbet au musée d’Orsay. Objectif : 30 000 euros (atteint).

L’Atelier de Courbet dans sa cage de verre © musée d’Orsay.

A une semaine de la fin de l’opération de mécénat pour la restauration du fameux Atelier de Courbet, réalisée en live dans les salles du musée d’Orsay, les 1100 contributeurs  ont atteint le triple de la somme escomptée, soit plus de 100 000 euros. Le coût total étant de 600 000 euros, cette somme permettra tout simplement au musée de faire des économies.

Acquérir un portrait de Corneille de Lyon pour le musée des Beaux-Arts de Lyon. Objectif : 250 000 euros.

Corneille de Lyon, Homme au béret noir tenant une paire de gants , vers 1530, Lyon, musée des Beaux-Arts, photo : Alain Basset.

Ouverte jusqu’en avril 2015, la souscription pour l’acquisition du superbe Homme au béret noir tenant une paire de gants de Corneille de Lyon n’a pour l’instant recueilli que 3% de la somme recherchée, soit 250 000 euros qui viendront compléter celle offerte par le Cercle Poussin pour atteindre le total de 566 000 euros demandé par son actuel propriétaire. Notez que dans ce cadre, le don donne droit à une déduction fiscale de 66%.

Restaurer les fresques de Delacroix à la chapelle des Saints-Anges de l’église Saint-Sulpice. Objectif : non précisé (budget total de 450 000 euros).

Eugène Delacroix, Héliodore chassé du temple, Chapelle des Saint-Anges, église Saint-Sulpice © Ville de Paris.

Première opération de crowdfunding de cette ampleur lancée par la mairie de Paris, la campagne pour la restauration des fresques de Delacroix à Saint-Sulpice n’a pour l’instant récolté sur le site de la Fondation du Patrimoine que 7000 euros, sur les 450 000 nécessaires. Un projet mal défini (ni délai ni objectif ne sont mentionnés), et une quasi absence de communication en sont sans doute les causes, mais la restauration est cruciale.

Participer à l’acquisition de la table de Teschen par le Louvre. Objectif : un million d’euros.

Table de Teschen, Johan Christian Neuber, 1780 © musée du Louvre.

Avec ses 128 plaques de pierres colorées et ses perles, cette table un brin kitsch est un chef-d’œuvre de Neuber, orfèvre de la cour de Saxe. Lancée depuis début octobre, la souscription n’a pour l’instant recueilli que 38% de la somme faramineuse d’un million d’euros demandée (soit tout de même 380 000 euros), et doit s’achever le 31 janvier prochain. Cette fois-ci, le Louvre a peut-être été trop gourmand…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE