Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Dix œuvres à voir à Paris Tableau

Magali Lesauvage 13 novembre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Petite nouvelle dans cet automne des foires parisiennes, Paris Tableau, créée en 2011, prend place cette semaine au Palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris, avec vingt-six exposants français et étrangers. Au programme : la peinture ancienne du XVe au XIXe siècles, provenant de France, d’Italie, des pays du Nord, etc. Sélection des pépites à y piocher.

Cette sensuelle Bacchante endormie (sur une peau de bête) de Jean-Baptiste-Marie Pierre, tableau daté de 1763, est proposée par la galerie Didier Aaron & Cie, de Paris. Une œuvre tout en douceur lunaire de ce maître peu connu de l’art français du XVIIIe siècle, prix de Rome 1734 et élève de Jean-François de Troy, puis premier peintre du duc d’Orléans.

Cet étonnant morceau de Charles Le Brun, présenté par la galerie Jacques Leegenhoek de la rue de Lille, à Paris, représente sous les traits d’un vieil homme au corps cependant juvénile une Allégorie du Tibre. Sur un fond de paysage ténébreux, le fleuve romain est figuré dans une drôle de position désinvolte, retenant de son bras appuyé sur une cruche-source une corne d’abondance.
Autre chef-d’œuvre du XVIIe siècle, ce portrait imaginaire du philosophe grec Démocrite, par le peintre hollandais Hendrick Bloemaert, fils d’Abraham Bloemaert et représentant important du caravagisme de l’école d’Utrecht. Considéré comme l’un des pères de la science moderne, le vieux sage, chapeau à plume anachronique et épaule dénudée, arbore un étrange sourire tout en désignant un point sur un globe terrestre. La toile provient de Thomas Agnew & Sons, à Londres.
L’un des clous de Paris Tableau est sans conteste cette curieuse composition du Français Louis-Léopold Boilly (1761-1845), intitulée Trompe-l’œil aux pièces de monnaie sur le plateau d’un guéridon, réalisée à l’huile sur du marbre blanc cerclée d’ébène. Proposée par la galerie Eric Coatalem de Paris, elle inclut un portrait (sans doute celui de l’artiste), un monocle, une plume et quelques billets, comme la représentation à la verticale du désordre d’un vide-poches.
La peinture médiévale est également représentée avec notamment une Crucifixion avec la vierge Marie, sainte Marie-Madeleine, saint François et saint Benoît d’Apollonio di Giovanni, datée autour de 1450, et vendue par Grassi Studio de New York. L’auteur est un miniaturiste florentin, auteur de peintures de cassoni (coffrets de mariage), influencé par Fra Angelico, Fra Filippo Lippi ou Paolo Uccello.
De l’école italienne, on retient ce tableau du Vénitien Jacopo Negretti, dit Palma le Jeune (1550-1628), qui montre un impressionnant Saint Sébastien. L’œuvre est présentée par la galerie Michel Descours de Lyon, grande spécialiste de la peinture ancienne où l’on peut voir aussi bien des toiles de la Renaissance que des pièces des XIXe et XXe siècles, par Puvis de Chavannes, Balthus ou Edward Burne-Jones.
La magnifique Tête coupée de saint Janvier de José de Ribera est proposée par Porcini, à Naples, au prix de 280 000 euros. « Un sujet napolitain typique, mais ici c’est un tableau très rare, très puissant avec le sang qui coule », explique Dario Porcini au Quotidien de l’artAvec le détail du livre posé à proximité de la tête grisée du san Gennaro, martyr dont les reliques sont toujours vénérées à Naples.
Exemplaire somptueux de l’art cynégétique en vogue aux XVIIe et XVIIIe siècles, cet Hallali de loup d’Alexandre-François Desportes, daté de 1721, est présenté au Palais Brongniart par Jean-François Heim, de Bâle.

Originalité de la foire Paris Tableau, parmi ses vingt-six exposants, deux sont des marchands de cadres anciens. Ainsi Enrico Ceci de Serramazzoni, près de Modène, propose cet important cadre en bois à placage d’argent et bronze doré, fabriqué à Rome au début du XVIIe siècle. Un fournisseur indispensable pour les collectionneurs privés comme les musées.

Enfin, parmi les curiosités de Paris Tableau, on note la présence de ce tableau de Jan Brueghel le Jeune, Dispute d’oiseaux, exposé à Paris par Kunsthandel P. De Boer, d’Amsterdam. On y voit un imposant hibou en pleine discussion passionnée avec un groupe hétéroclite d’oiseaux multicolores. Un vrai Walt Disney avant l’heure.
PARIS TABLEAU 2014

13/11/2014 > 16/11/2014

Palais Brongniart

PARIS

Au cœur de l’Europe, Paris est une capitale culturelle, au patrimoine incomparable, l’un des principaux centres du marché de l’art ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE