Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Sésostris III, l’autre grand pharaon d’Égypte

Pascal Bernard 28 octobre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dix ans après avoir été élue capitale européenne de la culture, Lille demeure une ville incontournable pour les amateurs d’art. Alors que le Tripostal met à l’honneur les collectionneurs flamands, le Palais des Beaux-Arts consacre une exposition au pharaon Sésostris III, une grande première. 

Tête de Sésostris III, 12e dynastie, vers 1872-1854 av. J.-C. © John Lamberton/The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City, Missouri.

Si Sésostris III n’a pas la renommée de Toutankhamon ou de Ramsès II, il fut pourtant un monarque important dans l’histoire de l’Égypte antique. Aux yeux des égyptologues, il fut celui qui fit de l’Égypte, au début du XIXe avant notre ère, un état tout-puissant. Son règne représente un tournant artistique et historique. Grand réformateur et conquérant ambitieux, il fut un modèle pour ses successeurs, divinisé après sa mort, et célébré par les écrivains antiques pendant plusieurs siècles.

Le musée lillois a souhaité mettre à l’honneur Sésostris III mais aussi le Moyen Empire : une période peu connue du grand public, considérée comme un âge d’or par les spécialistes mais éclipsée par les grandes pyramides de l’Ancien Empire et les trésors du Nouvel Empire. Le Palais des Beaux-Arts, en collaboration étroite avec le musée du Louvre, qui prête cinquante pièces, et en partenariat avec l’université Lille 3, fait découvrir au grand public tous les aspects du règne de Sésostris III et de son époque avec une sélection de chefs-d’œuvre mais aussi des objets de la vie quotidienne : bijoux, vêtements, vaisselle, armes…

Sésostris III, pharaon de légende est la première grande exposition consacrée à l’Égypte au Palais des Beaux-Arts, malgré l’importance de ses collections, riches de plusieurs milliers d’objets provenant en partie des fouilles menées dans les années 1960 en Nubie soudanaise par l’université Lille 3 sur les vestiges archéologiques menacés par la montée des eaux du lac Nasser. En quatre sections thématiques, l’exposition propose un panorama de l’Égypte sous le règne de Sésostris III et retrace les grands changements qu’a connu l’Égypte à cette époque.

Si les dates de naissance et de règne de Sésotris III, cinquième pharaon de la 12e dynastie, sont discutées par les spécialistes (environ 1872-1854 av. J.-C.), son portrait est bien connu. Plus de soixante-dix représentations, statues et bas-reliefs du pharaon, ont été identifiées notamment dans les temples de Médamoud et de Deir el-Bahari. Les figurations de Sésostris III sont reconnaissables entre mille : corps athlétique, visage aux traits marqués, bouche pincée, pommettes saillantes, yeux cernés de lourdes paupières révèlent le caractère autoritaire du souverain. Un modèle dont on retrouve un écho direct dans la statuaire privée, qui se développa considérablement pendant son règne.

Pectoral de style égyptien décoré d’un faucon aux ailes déployées provenant de la nécropole royale de Byblos (Liban), Bronze Moyen (2000-1600 av. J.-C.), Paris, musée du Louvre © Christian Descamps.

Grand conquérant, Sésostris III étendit les limites de son empire vers le nord et le sud, au niveau de la deuxième cataracte du Nil, ce dont témoigne l’édification d’un réseau important de forteresses défensives dans la région, notamment celle de Mirgissa fouillée par l’université Lille 3. L’archéologie atteste également de contacts et d’échanges privilégiés avec la Nubie au sud et le Proche-Orient à l’est : de nombreuses pièces d’orfèvrerie retrouvées notamment à Byblos (actuel Liban) portent les marques d’une influence égyptienne. Mais le règne de Sésostris III ne saurait être réduit à sa politique militaire et diplomatique, il est également marqué par une profonde réforme de l’administration, en particulier une redéfinition des cadres institutionnels, rendue obligatoire par l’élargissement du territoire. Enfin sur le plan architectural, son règne se distingue par la construction de deux grands complexes funéraires : l’un pyramidal à Dahchour, l’autre enterré dans la falaise à Abydos.

Dans le cadre de l’exposition, le musée consacre deux volets annexes à la photographie, comme témoignage visuel de l’aventure des fouilles archéologiques au XIXe siècle, l’autre au contemporain avec une installation de Wolfgang Laib et Antony Gormley présentée dans le patio. La saison égyptienne dans le nord se poursuivra avec l’ouverture de l’exposition Des animaux et des pharaons, le règne animal dans l’Egypte ancienne au musée du Louvre-Lens.

 

SÉSOSTRIS III, PHARAON DE LÉGENDE

09/10/2014 > 25/01/2015

Palais des Beaux Arts de Lille

LILLE

Pour la première fois au Palais des Beaux-Arts, une grande exposition consacrée à l’Égypte.

Le Pharaon Sésostris III est...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE