Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

2000 ans d’échanges commerciaux racontés au musée de la Marine

Pascal Bernard 20 octobre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La nouvelle exposition du musée national de la Marine, De l’amphore au conteneur, présente 2000 ans d’histoire de la marine de commerce, de l’Antiquité à nos jours. Elle invite le public le plus large à découvrir ses enjeux économiques, sa richesse historique et son actualité. 

Joseph Vernet, L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc, 1754 © musée national de la Marine/P.Dantec.

Depuis 2000 ans, le commerce maritime n’a cessé d’évoluer, les bateaux aussi. L’exposition revient sur les navires représentatifs ou iconiques de chaque période : navire à dolia (grandes citernes en argile) romain, cogues, clippers, vraquiers, bateaux à vapeur, cargos, porte-conteneurs… Toujours plus longs, toujours plus grands, toujours plus rapides, navigant dans des zones toujours plus étendues, les navires de commerce n’ont cessé d’améliorer leurs performances. Aujourd’hui, les porte-conteneurs peuvent atteindre 300 mètres de long, contenir près de 180 000 tonnes de marchandises et naviguer aux quatre coins du monde à la vitesse de 14,5 nœuds. Près de 2000 ans plus tôt, un navire de commerce romain mesurait approximativement 20 mètres de long, pouvait contenir une soixantaine de tonnes de marchandises, et naviguait uniquement sur la Méditerranée à une vitesse quatre fois moins élevée.

Les dimensions des navires, leurs capacités de chargement et l’évolution de leur vitesse ne sont pas les seuls témoins des progrès effectués dans le commerce maritime. Les contenants évoluent : amphores et dolia pour l’antiquité, ballots, caisses et tonneaux ensuite, et conteneurs enfin à partir des années 1960. Ceux-ci changent en fonction des marchandises acheminées et des liaisons effectuées. L’archéologie témoigne du transport accru de céréales, vins, huiles et poissons dans le bassin méditerranéen à l’Antiquité, de bois et de textiles au nord de l’Europe durant le Moyen-Âge, et de nouveaux produits comme les épices fines, le café et le cacao à partir des XVe et XVIe siècles.

Edouard-Marie Adam, Navires entrant au Havre derrière un remorqueur, 1882 © musée national de la Marine/P.Dantec.

Les grandes découvertes ont par ailleurs révolutionné l’histoire du commerce. Sous l’impulsion de navigateurs comme Christophe Colomb qui découvre l’Amérique en 1492, ou Vasco de Gama qui atteint l’Extrême-Orient quelques années plus tard, de nouvelles liaisons maritimes sont ouvertes pour ramener des produits endémiques : fèves de cacao, grains de café, cannes à sucre, feuilles de thé, coton, pépites d’or… Rapportés en Europe, ces produits « nouveaux » bousculent les habitudes culturelles, avec l’ouvertures de cafés où le déguster dans les années 1670, ou la production de vaisselle en porcelaine adaptée pour le boire. Les pratiques se démocratisent rapidement : pour répondre à la demande sans cesse renouvelée et contrer la concurrence toujours plus grande, les bateaux sont contraints d’aller toujours plus vite. Le charbon et la vapeur remplacent progressivement la force manuelle, les ports européens comme celui du Havre sont modernisés, de nouvelles voies sont ouvertes (le canal de Suez qui permet de rejoindre l’Asie sans contourner l’Afrique est inauguré en 1869). Il faut aujourd’hui aux porte-conteneurs une cinquantaine de jours pour assurer la liaison aller-retour entre la France et la Chine, contre vingt mois aux XVe et XVIe siècles.

Le musée national de la Marine parvient avec l’exposition De l’amphore au conteneur à nous embarquer dans l’aventure de la marine de commerce. Le sérieux des textes et des pièces réunies, issues des collections et enrichies de prêts, couplé à une dimension ludique grâce à un parcours stimulant tous les sens permettront à chacun, petits comme grands, d’apprécier l’accrochage. Une réussite en tous points !

 

DE L'AMPHORE AU CONTENEUR

15/10/2014 > 28/06/2015

Musée national de la Marine (Paris)

PARIS

Près de 360 millions de tonnes de marchandises transitent chaque année via les principaux ports français : Marseille, le Havre, Dunkerque...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE