Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Louvre lance une souscription pour acheter une table à 12,5 millions d’euros

Pascal Bernard 13 octobre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Tandis que la mairie de Paris et le musée d’Orsay lancent chacun une souscription pour restaurer respectivement trois peintures murales d’Eugène Delacroix conservées dans l’église Saint Sulpice et L’Atelier, chef d’œuvre de Gustave Courbet, le musée du Louvre fait appel encore une fois à la générosité du public pour l’acquisition d’une table, joyau des arts décoratifs du XVIIIe siècle.

Johann Christian Neuber, Table de Teschen, 1780-1789 © Philippe Fuzeau/Musée du Louvre.

Le musée renouvelle l’expérience de « Tous mécènes » qui lui avait permis notamment d’acquérir Les Trois Grâces de Lucas Cranach en 2010, deux statuettes gothiques en ivoire en 2012 et de restaurer la Victoire de Samothrace dernièrement. Le Louvre espère récolter avant le 31 janvier 2015 la somme d’un million d’euros, sur un total de 12,5 nécessaires à l’achat de la Table de Teschen, joyau des arts décoratifs du XVIIIe siècle, « à la fois meuble et bijou ».

Il s’agit d’une œuvre d’une qualité exceptionnelle, considérée comme l’un des meubles les plus extraordinaires de son époque et classée depuis 2010 comme « trésor national ». La table réalisée par Johann Christian Neuber, principal orfèvre de la cour de Saxe, est faite de bois et de bronze. Son plateau est décoré de 128 échantillons de pierres fines (identifiées une à une dans un livret manuscrit conservé avec le meuble), de perles et de cinq médaillons en porcelaine de Messein figurant des allégories de la paix. La table fut offerte en 1780 au marquis de Breteuil, ambassadeur de Louis XVI, par la Saxe en reconnaissance de son rôle de médiateur pour la paix. Ses héritiers ont décidé de la mettre en vente : l’œuvre est estimée à 12,5 millions d’euros.

Johann Christian Neuber, plateau de la Table de Teschen, 1780-1789, pierres de Saxe, plaques de porcelaine de Meissen © Philippe Fuzeau/Musée du Louvre.

Une somme considérable que le Louvre espère réunir en sollicitant non seulement l’aide du public à hauteur d’un million d’euros mais aussi le cercle des amis du musée, les mécènes privés et les entreprises, en plus de ses propres crédits d’acquisition. L’œuvre pourrait à terme trouver sa place dans les nouvelles salles XVIIIe siècle du département des objets d’art, inaugurées en grandes pompes en juin dernier et qui accueillent déjà plusieurs pièces de Johann Christian Neuber.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE