Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Biennale de Belleville : en avant, marche !

Pascal Bernard 25 septembre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le coup d’envoi de la 3e édition de la Biennale de Belleville, placée sous le signe de la marche, a été donné. Pendant un mois, l’Est parisien va vivre au rythme d’expositions, performances, projections, animations quotidiennes. Sélection. 

Fiona Tan, Downside Up, 2002, Metz, FRAC Lorraine. Courtesy de l’artiste.

Marcher  et voir

Le Pavillon Carré de Baudouin constitue le centre névralgique de la biennale. Il accueille à la fois un comptoir d’information et de médiation, une librairie, une artothèque, et une exposition axée autour de la pratique de la marche dans l’art. Un colloque et une programmation de films en rapport avec la thématique sont également prévus. Du Pavillon Carré de Baudouin partiront presque toutes les déambulations performatives.

Patrice Joly, directeur artistique de la Biennale, a voulu insister sur la dématérialisation de l’art. En témoigne la quasi absence d’« expositions » au sens classique du terme, et la multiplication de performances. Seule exception : Cammina Cammina, qui réunit des artistes ayant mis la marche au cœur de leur pratique de manière régulière, comme les pionniers Hamish Fulton et Richard Long, ou de manière ponctuelle avec Enrique Ramirez, Elodie Brémaud, Fiona Tan… L’espace d’exposition accueille également les objets collectés par Laurent Tixador au cours de son périple entre Nantes et Paris, dont l’arrivée le 24 septembre au soir marquait le début de la biennale.

La Biennale de Belleville offre à toutes et à tous la possibilité d’emporter chez soi une œuvre grâce à un dispositif de prêt gratuit : l’Artothèque. Voisins, curieux ou néophytes peuvent emprunter pour une durée de quinze jours renouvelables une œuvre parmi la cinquantaine réunie par Jean-Christophe Arcos autour des thématiques du camouflage, de la transparence, de l’indigénisation, du masque… On y retrouve des artistes comme Mathieu Mercier, Julien Nédelec, Jean-Baptiste Caron, Isabelle Giovacchini… À l’issue de la Biennale, les œuvres pourront être achetées, leurs prix variant entre 20 et 5000 euros.

Marcher et raconter

Jean-Christophe Norman, Crossing New York, 2008. Courtesy de l’artiste.

La thématique du récit, sous-tendue par celle de la marche, traverse également l’ensemble de la manifestation. Jean-Christophe Norman a entrepris de réécrire l‘Ulysse de James Joyce à la craie à même le sol, dans les rues de Belleville. François Aubart et Benjamin Seror ont proposé à six artistes, parmi lesquels Claude Closky ou Louise Hervé & Chloé Maillet, de concevoir chacun une nouvelle ou un court texte qui sera lu par des étudiants en école des beaux-arts dans autant de bars de Belleville, remettant à l’honneur la notion de convivialité.

Enfin Marie Maertens a proposé à six artistes vivant à Brooklyn, le « Belleville new-yorkais », de parler de l’une de leurs pièces (écho à l’exposition parlée de Mathieu Copeland présentée au Jeu de Paume ?) : chacun des récits est téléchargeable et écoutable sur le site de la Biennale.

Marcher encore

Adrien Guillet & Camille Tsvetoukhine, Fantôme, 2014. Courtesy des artistes.

De nombreuses performances sont prévues dans le cadre de la biennale, Patrice Joly ayant voulu mettre l’accent sur les marches performées, en germe dans les précédentes éditions. Marches solitaires, collectives, scénographiées, costumées… l’ensemble des pratiques se trouvent représentées. Les artistes Dector et Dupuy vous emmèneront en direction des Lilas, Laëtitia Badaut Haussmann vers Montreuil. Jacques Clayssen & Patrick Laforêt ont ouvert une liaison pédestre de quinze kilomètres (compter au moins 3h30) entre les galeries Thaddaeus Ropac de Pantin et la galerie Gagosian du Bourget.

Enfin Capucine Vever, en collaboration avec Valentin Ferré, a conçu des installations sonores immersives disséminées au-dessus d’anciennes carrières situées entre les Buttes-Chaumont et les Lilas, géolocalisables et activables au moyen de smartphones.

Retrouvez toutes les dates et horaires des événements sur le site de la biennale.

 

CAMMINA CAMMINA

25/09/2014 > 26/10/2014

Pavillon Carré de Baudouin

PARIS

Explorer, déambuler, flâner, la 3e édition de la Biennale de Belleville, intitulée La piste des Apaches, s’annonce sous le signe de la...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE