Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Une Nuit Blanche 2014 très « open »

Pascal Bernard 19 septembre 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Rendez-vous culturel incontournable de la rentrée, Nuit Blanche revient à Paris le samedi 4 octobre. Cette 12e édition, confiée à José-Manuel Gonçalvès, promet de beaux moments, avec un accent particulier mis sur le street art et le spectacle vivant, et un accès facilité aux œuvres placées en plein air. Focus sur les différents parcours proposés. 

Presque exclusivement cantonnée à la rive gauche, Nuit Blanche 2014 propose six points de vue, reliés par une grande randonnée artistique. La mairie de Paris et José Manuel Gonçalvès, directeur du 104, ont souhaité mettre en valeur des territoires méconnus de Paris et privilégier les espaces de plein air pour limiter l’attente, principal reproche des principales éditions. Nouveauté cette année : le souhait d’inscrire Nuit Blanche dans la durée, en laissant des œuvres installées jusqu’à la FIAC, et en pérennisant huit interventions d’artistes. De l’Hôtel de Ville au Panthéon, de Montparnasse à l’hôpital Necker, de la gare d’Austerlitz à l’ancienne gare Masséna, du parc Georges Brassens au parc André Citroën, en passant par la petite ceinture. Tour de Paris.

Les Futurs composés

Hicham Berrada, Présage, tranche, 2013 © courtesy de l’artiste et de la galerie Kamel Mennour, Paris.

Hôtel de Ville/BHV. La façade du BHV accueillera une projection du film Walker (Hong-Kong) du réalisateur malais Tsai Ming-Lang, présentant la déambulation urbaine d’un moine aux pieds nus, le crâne rasé. Le jeune artiste Hicham Berrada, vingt-huit ans, remarqué au Palais de Tokyo l’an dernier, présente une série de performances mettant en scène des réactions chimiques. Hypnotique.

Pour Nuit Blanche, l’artiste japonais Motoï Yamamoto dessinera au fil de la nuit une œuvre éphémère monumentale au sol de la salle des tapisseries de l’Hôtel de Ville, à partir de cristaux de sel. Par ailleurs, de nombreux lieux comme l’Institut suédois, le musée Picasso, les Archives Nationales, le Crédit Municipal, le cloître des Billettes ou le quai de Bourdon accueilleront des œuvres du off de Nuit Blanche.

Ceux que nous sommes

Antony Gormley, Another time fibreglass III, courtesy de l’artiste et de la Galleria Continua, San Gimignano/Beijing/Les Moulins.

Panthéon/Université Paris I/Bibliothèque Sainte-Geneviève. Johan Le Guillerm, « artiste de cirque, équilibriste et manipulateur d’objets » présente autour du Panthéon une nouvelle sculpture mouvante. Antony Gormley installe une sculpture à échelle 1 d’un homme sur la corniche de l’université Paris I, regardant vers le Panthéon, tandis que la bibliothèque Sainte-Geneviève accueille une performance participative de l’artiste pakistanais Imran Qureshi, récemment salué pour son intervention sur le toit du Metropolitan Museum de New York : le public est invité à froisser et jeter en tas des feuilles ornées de motifs rouges, donnant l’illusion d’un amas de chairs. À ne pas rater ! Dans le off : des événements à l’église Saint-Séverin, le Centre culturel irlandais, les Arènes du Lutèce, l’Institut du monde arabe

Open musée du street art contemporain

Pablo Valbuena, projet pour la gare d’Austerlitz © Nuit Blanche.

Gare d’Austerlitz/Cité de la Mode et du Design/Ancienne gare Masséna. Le 13e arrondissement, déjà connu pour son engagement auprès du street art, accueille un véritable musée en plein air de « street art contemporain « (contraction de street art et art contemporain). Des créations inédites de Pablo Valbuena, Sambre, Jef Aérosol, Esther Stocker, Borondo, Thomas Conto et des projets de Jacques Villeglé, Hicham Berrada et Imran Qureshi seront visibles. Nouveauté cette année, des interventions dans l’espace public seront pérennisées, ce sera le cas pour les projets de L’Atlas, Borondo, YZ, SpY, Tristan Eaton ou Swoon.

À la lumière des arbres

Installation de Mark Jenkins, Dublin. Courtesy de l’artiste.

Parc Montsouris. Le parc Montsouris accueille deux interventions. Mark Jenkins, street artiste américian de renom, a depuis plusieurs années développé une technique qui consiste à mouler des silhouettes humaines à échelle 1 avec du ruban adhésif à partir de son propre corps, les habiller avec de vrais vêtements, et les mettre en scène dans des situations insolites ou dérangeantes. Pour Nuit Blanche, il disséminera plusieurs de ses sculptures dans l’espace public parisien, sur le parvis de l’église Saint-Etienne-du-Mont (Paris 5e), boulevard Vincent Auriol (Paris 13e), sur la petite ceinture… Le collectif Héhé interviendra sur un arbre en rendant ses feuilles phosporescentes. Le résultat s’annonce magique.

Je perf’, ils perf’s… Nous dansons

Cie Yoann Bourgeois, Fugue / Trampoline © ZAT Montpellier on Vimeo.

Parc Georges Brassens/Petite ceinture/Parc André Citroën. Cette édition de Nuit Blanche se distingue par la pluralité des propositions et l’accent mis sur la performance et le spectacle vivant… José-Manuel Gonçalvès a invité  plusieurs artistes issus du théâtre, de la danse et du cirque : Fragan Gehlker, Aurélien Bory, Chloé Moglia, Jörg Müller ou Yoann Bourgeois avec son désormais fameux Fugue/Trampoline. Le parc André Citroën accueillera un grand bal populaire de Jeff Mills, pionnier de la musique techno, qui revisitera pendant quatre heures toute l’histoire de la danse à deux, depuis le Moyen-Âge jusqu’aux années disco.

Ascensions magnétiques

Alexandre Farto aka Vhils, festival Avant Garde Urbano, Tudela de Navarra (Espagne). Courtesy de l’artiste.

Tour Montparnasse/Hôpital Necker-Enfants malades/Institut national des jeunes aveugles. Le quartier Montparnasse accueille pour Nuit Blanche plusieurs installations exceptionnelles amenées à être pérennisées. François Morellet dévoilera une façade couverte de néons bleus. Dans l’enceinte de l’hôpital Necker, Vhils, star du street art, a réalisé une fresque figurant trois immenses portraits d’enfants, censés divertir les enfants malades. Elle fait écho à la fresque peinte par Keith Haring en 1987, actuellement en travaux. Les Frères Chapuisat (dont nous avions réalisé le portrait en 2012) ont quant à eux imaginé une grande installation de près de cinq mètres de haut reliant terre et ciel.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE