Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Dewar & Gicquel : côté cour et côté jardin

Pascal Bernard 20 août 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le musée Rodin de Paris ouvre les portes de son jardin aux artistes Daniel Dewar et Grégory Gicquel, lauréats du prix Marcel Duchamp 2012. Le duo présente une dizaine de sculptures de grandes dimensions en béton, conçues et réalisées spécialement pour l’exposition.

Dewar & Gicquel, Le sport, 2014.

Après Erik Samakh et Wim Delvoye, Daniel Dewar et Grégory Gicquel investissent à leur tour les allées du parc et la cour d’honneur de l’hôtel Biron (en travaux jusqu’en 2015). Les deux artistes, qui collaborent depuis leur rencontre en 1997 à l’école des beaux-arts de Rennes, relèvent le défi de faire dialoguer leurs dernières réalisations avec les créations d’Auguste Rodin, pari réussi !

Le duo présente dix sculptures en béton – fragments de corps, athlètes, vêtement, animal, éléments de salle de bains – réalisées selon un procédé prisé par Rodin : le moulage. L’appropriation de techniques traditionnelles de la sculpture caractérise la pratique artistique de Dewar & Gicquel. Depuis leurs débuts ils ont expérimenté des savoir-faire aussi divers que le modelage, le tissage, la taille directe ou la céramique… «  L’œuvre de Rodin a été un point de départ pour nous permettre de travailler sur une technique particulière que nous n’avions jamais eu l’occasion d’explorer avant » indiquent les artistes.

Leurs dernières sculptures disséminées dans le jardin du musée présentent des affinités évidentes avec celles de Rodin, non seulement sur le fond mais aussi sur la forme. Le duo emprunte au maître son rapport au fragment, l’esthétique du non finito ou encore la pratique de l’assemblage. Ainsi Le sport réinterprète l’image du sportif, chère à Rodin, bandant les muscles telle l’étude de nu dite en athlète réalisée cent vingt ans plus tôt ; les bras, qui n’ont rien à envier aux « abattis » de Rodin sont reproduits plusieurs fois, créant ainsi l’illusion d’un mouvement.

Dewar & Gicquel, La mode, 2014.

Des parallèles s’établissent naturellement entre les créations contemporaines et les œuvres de Rodin présentées de manière permanente dans le jardin : les Bourgeois de Calais ou la Porte de l’Enfer. Les deux artistes offrent une relecture de l’histoire de l’art toute entière, jusque dans le titre de l’exposition qui fait référence au Salon de la jeune sculpture régulièrement organisé au musée Rodin de l’après-guerre à la fin des années 1960.

L’esthétique du non finito par exemple, développée pour certaines de leurs œuvres où surfaces lisses et laissées brutes coexistent, leur permet de s’inscrire dans une filiation qui réunit Michel-Ange et Rodin. L’emploi du fragment anatomique renvoie lui à la statuaire antique. Par leurs dimensions (jusqu’à 2,50 mètres), Pied ou les jambes de La mode pourraient appartenir à un colosse grec ou romain : au détail près des chaussures, on pense à une réplique moderne de la statue de Constantin conservée en pièces détachées au musée du Capitole à Rome.

La citation intéresse peu Daniel Dewar et Grégory Gicquel, qui puisent essentiellement leur inspiration du côté de la culture populaire. Ils s’attachent à représenter les objets de notre quotidien : mobilier de salle de bain, vêtements… On pouvait ainsi croiser au Centre Pompidou, lors de leur dernière exposition, un bodybuilder, une langouste, une robe de chambre et des baskets de compétition. Le détournement de la chaussure, accessoire ordinaire par excellence, traverse tout leur travail : bottes d’équitation taillées dans le bois, palme sculptée dans de la dolérite, mocassin à pompons en marbre, sandale en verre et derbies dans le béton aujourd’hui.

Pour autant le ready made n’intéresse pas Dewar & Gicquel, qui sont soucieux de fabriquer de leurs seules mains toutes leurs œuvres, et si les deux semblent prendre plaisir à détourner des objets produits en série, les sculptures-moulages présentées au musée Rodin resteront à jamais uniques, les deux artistes ayant détruit les moules.

 

LA JEUNE SCULPTURE

27/05/2014 > 26/10/2014

Musée Rodin - Paris

PARIS

Poursuivant son dialogue avec l’art contemporain, le musée Rodin ouvre les jardins de l’hôtel Biron au duo d’artistes, Dewar et Gicq...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE