Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Clap de fin pour la galerie Yvon Lambert

Pascal Bernard 3 juillet 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition de Mario Testino (jusqu’au 24 juillet) à la galerie Yvon Lambert pourrait être l’une des dernières. D’après Next Libération, le galeriste fermera son espace de la rue Vieille-du-Temple à la fin de l’année.

Vue de l’exposition de Mario Testino, Extremes, galerie Yvon Lambert, Paris, 2014 © Courtesy de la galerie.

La rumeur circulait depuis plusieurs semaines. Yvon Lambert, l’un des plus grands marchands d’art contemporain, devrait finalement fermer sa galerie parisienne en décembre. Une retraite bien méritée, à 78 ans, après 60 ans de carrière passés à défendre quelques-uns des meilleurs artistes contemporains, et à produire des expositions d’une qualité exemplaire, souvent muséale : aujourd’hui sont représentés par la galerie des artistes aussi divers que Robert Barry, Andres Serrano, Loris Gréaud, David Claerbout, Mircea Cantor, Mounir Fatmi, Candida Höfer, Jenny Holzer, Bertrand Lavier, Markus Schinwald, Diogo Pimentão, David Shrigley…

Parti de rien, Yvon Lambert ouvre à 19 ans sa première galerie à Vence, où il est né. À Paris, il s’installe dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, puis à partir de 1977 à côté du Centre Pompidou, et depuis 1986 rue Vieille-du-Temple. Fervent défenseur de l’art conceptuel et du minimalisme, il s’intéresse à ses débuts aux abstraits modernes (Jean Hélion, Théo von Doesburg…) avant de se tourner dans les années 1970 vers les artistes de sa génération comme Daniel Buren et Niele Toroni, ou les Américains, alors peu montrés en France, tels Lawrence Weiner ou Robert Barry qu’il représente toujours. Yvon Lambert a un temps ouvert un espace à Londres (en 2008), et un autre à New York (de 2003 à 2011).

Après la fermeture de cette dernière annexe en 2011, il déclarait à Next Libération : « Après 45 ans d’activité, j’ai pris la décision de prendre plus de distance avec ma vie de galeriste », et avait alors confié sa succession à son bras droit, Olivier Bélot, qui d’après le quotidien n’a pas su « faire face à un marché mondialisé, dominé par de grosses machines financières ».

La nouvelle survient un an et demi après la fermeture de la galerie Jérôme de Noirmont. Il reste quelques semaines pour profiter de l’exposition de Mario Testino, et plusieurs mois pour profiter de l’espace parisien d’Yvon Lambert, qui doit accueillir à la rentrée une exposition de Douglas Gordon et Anna Gaskell. L’artiste allemand Anselm Kiefer pourrait quant à lui se voir confier la dernière exposition.

Six-cent cinquante œuvres de la collection d’Yvon Lambert, implantée depuis 2000 dans un superbe hôtel du XVIIIe siècle d’Avignon, ont été léguées en 2011 à l’Etat – dont une partie est délocalisée cet été à la prison Sainte Anne. Par ailleurs, dans un communiqué, la galerie annonce qu’« Yvon Lambert souhaite maintenant se consacrer entièrement à la passion qui l’habite depuis plus de vingt ans : l’édition et la bibliophilie, avec un nouveau lieu entièrement dédié au livre d’art ouvrira ses portes en 2015. Ce lieu favorisera la découverte et la présentation d’ouvrages ainsi que la rencontre avec auteurs et artistes ».

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE