Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Nuit Blanche 2014 investit la rive gauche de Paris

Pascal Bernard 30 juin 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Rendez-vous culturel incontournable de la rentrée, Nuit Blanche revient à Paris le 4 octobre. En avant-première, nous vous dévoilons les grandes lignes de cet événement populaire, festif et gratuit, aujourd’hui décliné dans une vingtaine de pays.

La Bibliothèque nationale de France © Leoboudv/Wikimédia Commons.

Après Laurent Le Bon en 2012 (depuis nommé au musée Picasso à Paris), Chiara Parisi (dont la programmation culturelle à la Monnaie de Paris vient d’être dévoilée) et Julie Pellegrin en 2013, l’organisation de Nuit Blanche a été confiée à José-Manuel Gonçalvès. Actuel directeur du Centquatre, auparavant à la Ferme du Buisson, il a été nommé en janvier : une désignation tardive, inconciliable avec certains délais de productions et d’harmonisation de calendrier avec quelques artistes. Afin qu’il puisse mettre à l’œuvre son projet de la meilleure manière possible, il sera reconduit à la direction artistique en 2015.

A l’occasion d’une présentation à la presse, le directeur artistique et Bruno Julliard, premier adjoint de la mairie de Paris et chargé de la culture, ont dévoilé les grandes lignes de cette 13e édition. Un avant-goût aussi enthousiasmant que frustrant, puisqu’il laisse encore beaucoup de questions sans réponses.

Rendez-vous rive gauche

Pour la prochaine Nuit Blanche, les deux hommes ont affiché leur volonté de concentrer les activités sur la rive gauche, au sud de Paris, dans les « peu investis » 5e, 13e, 14e et 15e arrondissements, afin de sortir du parcours attendu dans les quartiers du Marais, la place de la République et le canal Saint-Martin. Au cœur de cette prochaine édition, une GRA, « grande randonnée artistique », pouvant être effectuée à pied ou à vélo permettra de relier l’ensemble des œuvres suivant un tracé balisé, simplifié par rapport aux années précédentes.

En tout cinq parcours s’offriront aux Parisiens depuis l’Hôtel de Ville vers la montagne Sainte-Geneviève, de la gare d’Austerlitz à la gare désaffectée du boulevard Masséna, autour de Montparnasse et de l’hôpital Necker, au parc Montsouris, et le long de la petite ceinture, du parc André Citroën au square Georges Brassens. Ces déambulations seront ponctuées de « points de vue » regroupant, comme chaque année, des œuvres pluridisciplinaires : performances, installations, projections…

Street art et œuvres pérennes

Peu d’éléments concrets dévoilés ce jour-là :  » Le désir naît de la frustration « , ironise José-Manuel Gonçalvès. Tout juste apprenait-on qu’il y aura un musée en plein-air de « street art contemporain » (contraction de street art et art contemporain) dans le 13e, des projections monumentales, un « bal contemporain et populaire » dans le parc Citroën… Une cinquantaine d’artistes, talents confirmés et plus jeunes recrues ont répondu à l’invitation du directeur artistique, et accepté pour la plupart de présenter des projets inédits. Peu de noms : Imram Qureshi qui était intervenu sur le toit du Metropolitan Museum of Art de New York, le street artist Mark Jenkins, la prodige du trapèze Chloé Moglia ou encore les frères Chapuisat, très remarqués à l’abbaye de Maubuisson.

Autre nouveauté cette année : installer des œuvres dans la durée, avec plusieurs projets pérennes, notamment un à l’hôpital Necker qui répondra à la fresque de Keith Haring en restauration, tandis que d’autres resteront installés plusieurs semaines de manière à être intégrés au parcours hors-les-murs de la FIAC et ainsi créer un pont avec les galeries. D’autres partenariats seront menés avec les institutions culturelles concernées par les parcours et plusieurs écoles d’art.

José-Manuel Gonçalvès entend également réduire – si ce n’est annuler – les phénomènes d’attente en diminuant le nombre d’œuvres en intérieur, en privilégiant les installations en plein-air et les performances en continu. Une seule incertitude, la météo. Mais plus de la moitié du parcours sera assuré en cas de fortes pluies. Rendez-vous à la rentrée pour plus d’infos.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE