Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le maire de Rome lance l’idée d’une fondation pour sauver les monuments de la ville

Pascal Bernard 13 juin 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Lundi 9 juin, le maire de Rome Ignazio Marino, élu l’an passé, a proposé la création d’une fondation internationale pour piloter la restauration des monuments de la ville.

La ville de Rome, depuis le Janicule © Maksim/Wikimédia Commons

La création d’une fondation ouverte aux mécènes du monde entier pourrait décharger la municipalité romaine, confrontée au nombre important de sites archéologiques et monuments historiques à restaurer simultanément. « La ville ne peut pas tout gérer toute seule. (…) Ce patrimoine n’appartient pas seulement à Rome, mais à l’ensemble de l’humanité », a insisté Ignazio Marino, comme le rapporte La Presse.

Austérité oblige, la municipalité connaît des difficultés financières importantes, et le patrimoine est l’un des premiers domaines à en souffrir. Le faible budget alloué à la culture en Italie (moins d’1 % du budget de l’Etat) ne permet pas d’assurer la restauration de tout son héritage culturel. On se rappelle des dégâts récents sur le site de Pompéi.

Le maire a présenté une série de monuments dont la rénovation est prioritaire. Parmi eux : le Capitole, siège de la mairie de Rome dont la place a été dessinée par Michel-Ange, le mausolée d’Auguste (empereur auquel le Grand Palais rend hommage jusqu’au 13 juillet), ou encore les thermes de Trajan, tous les deux datant de près de 2000 ans. La totalité des besoins financiers a été estimée à 200 millions d’euros.

De nombreux mécènes privés, souvent des grands noms du luxe, ont apporté leur aide ces dernières années : Tod’s pour le Colisée, Fendi pour la fontaine de Trévi, Bulgari pour la la place d’Espagne. Par ailleurs, la création d’une fondation permettrait d’éviter les scandales de corruptions qui ont émaillé l’actualité italienne ces derniers mois, notamment les agissements de la mafia napolitaine à Pompéi.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE