Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Gentileschi, Vermeer, Gauguin : trois œuvres d’exception aux enchères

Pascal Bernard 12 juin 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les dernières ventes aux enchères du printemps ont fait d’excellents résultats et battu plusieurs records. Trois tableaux d’exception d’Artemisia Gentileschi, Johannes Vermeer et Paul Gauguin seront mis en vente dans les prochaines semaines à Paris et Londres.

Artemisia Gentileschi (1593-1654), Sainte Marie Madeleine. © Courtesy Sotheby’s, Paris.

Une œuvre rare de l’Italienne Artemisia Gentileschi, artiste mise à l’honneur au musée Maillol en 2012, sera proposée aux enchères prochainement. Il s’agit probablement d’une peinture de jeunesse, exécutée avant 1620, marquée par l’influence de son père Orazio et du Caravage. Le tableau de grand format (81 x 105 cm) figure Sainte Marie Madeleine en extase, dans une composition singulière, aux effets théâtraux. Cette peinture n’était connue jusque là que par une photo du début du XXe siècle conservée par un marchand italien, et a été localisée il y a quelques mois à peine dans une collection du Sud de la France, certainement présente depuis plusieurs générations. Le tableau sera exposé au musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon, le mardi 17 juin de 10h à 17h30, une occasion exceptionnelle de voir le tableau en dehors de Paris où le tableau sera présenté du 21 au 25 juin, avant la mise aux enchères le 26 juin à Paris. L’œuvre est estimée entre 200 000 et 300 000 euros.

Johannes Vermeer (1632-1675), Sainte Praxède, 1655. © Courtesy Christie’s, Londres.

La maison Christie’s quant à elle mettra en vente le 8 juillet à Londres une toile représentant Sainte Praxède, récemment attribuée avec certitude à Johannes Vermeer. Sa parenté avec le peintre de Delft était jusque là contestée, les analyses scientifiques menées ces derniers mois par le Rijksmuseum d’Amsterdam, qui possède quatre tableaux de l’artiste dont La Laitière, ont permis de l’authentifier. La date de 1655 en fait l’œuvre la plus ancienne du peintre : Vermeer l’aurait réalisée à l’âge de 23 ans, après sa conversion au catholicisme. Parmi les 37 œuvres du peintre répertoriées, seules deux sont toujours détenues en collections particulières, l’autre a été adjugée par Sotheby’s en 2004 pour 21,7 millions d’euros. La Sainte Praxède appartenait à la milliardaire Barbara Piasecka Johnston, décédée en 2013, et était exposée jusqu’à sa mort dans la chapelle de la Visitation à Monaco. Le montant de la vente, estimé autour de 10 millions d’euros, ira au profit d’associations caritatives.

Paul Gauguin (1848-1903), Bouquet de roses, 1884. © Courtesy Bonhams, Londres.

Troisième chef-d’œuvre : Bouquets de roses, une nature morte de Paul Gauguin. Estimée entre 990 000 et 1,5 millions d’euros par la maison Bonhams, elle constitue le clou de la prochaine vente d’art impressionniste et moderne, et pourrait battre des records. La toile a été peinte en 1884, Paul Gauguin a alors 36 ans, et une vie derrière lui. Depuis peu au contact des impressionnistes, il a alors décidé de consacrer sa vie à la peinture. Il peint des « sujets faciles », des natures mortes en particulier, prompts à trouver facilement des acheteurs, pour faire vivre sa famille, bien avant qu’il ne parte en Bretagne puis en Polynésie. Le tableau offert par le peintre à un homme politique rouennais en signe d’amitié, jusque là inconnu des spécialistes, a refait surface en Suisse et sera mis en vente le 23 juin prochain à Londres.

Mise à jour le 9 juillet : La peinture d’Artemisia Gentileschi figurant Sainte Marie Madeleine s’est vendue 865 500 euros chez Sotheby’s, établissant un nouveau record aux enchères pour cette artiste italienne du XVIIe siècle. Clou des ventes d’été, la Sainte Praxède de Johannes Vermeer, l’une des deux seules œuvres de l’artiste en mains privées, a été adjugée chez Christie’s à 7,8 millions d’euros, un bon prix, néanmoins trois fois moins élevé que le dernier Vermeer passé en vente. Le Bouquet de roses de Paul Gauguin est quant à lui parti à un plus d’un 1,1 millions euros, ne dépassant pas l’estimation haute faite par la maison Bonhams.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE