Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Musée Soulages : retour triomphal en terre natale

Pascal Bernard 3 juin 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le 31 mai dernier, François Hollande accompagné d’un bataillon de personnalités politiques et de journalistes français et étrangers, inaugurait en grandes pompes le musée Soulages à Rodez, consacré au peintre de 94 ans. Le musée a déjà accueilli plus de 15 000 visiteurs en trois jours.

Musée Soulages © Photothèque Grand Rodez / Cédric Méravilles.

Le musée Soulages prend place à deux pas du centre-ville historique de Rodez dominé par la cathédrale, au cœur du jardin public du Foirail. Imaginé par le cabinet espagnol RCR arquitectes (Rafael Aranda, Carme Pigem, Ramon Vilalta), le bâtiment, dont la construction a débuté en 2010, ressemble à une sculpture abstraite, série de volumes parallélépipédiques emboîtés les uns dans les autres. Les façades sont recouvertes de plaques d’acier corten exposées à la rouille qui évoquent autant la couleur de la terre qui a vu naître le peintre que ses encres au brou de noix.

À l’origine de la création du musée, deux donations consenties par Pierre Soulages et son épouse Colette en 2005 et 2012, représentant plus de 500 œuvres qui témoignent de l’ensemble de sa production et constituent la plus grande collection dédiée à l’artiste. Parmi elles, quatre grands ensembles se détachent : les brous de noix et peintures sur papier, les peintures sur toiles, l’œuvre imprimé complet, et tous les cartons préparatoires pour les vitraux de l’abbatiale de Conques. Ce dernier à une saveur particulière, car c’est au contact du site de Conques, découvert lors d’une sortie scolaire, que la vocation du jeune Pierre Soulages de devenir peintre lui fut révélée. Entre 1987 et 1994, il crée l’ensemble des 104 vitraux destinés à orner l’abbatiale Sainte-Foy, toujours visibles sur place. Ces ensembles souvent moins connus permettront au public de découvrir d’autres facettes du peintre, au-delà de ses seules œuvres noires.

L’aboutissement d’une vie

L’ouverture d’un musée à son nom constitue l’aboutissement d’une vie dédiée à l’art − un honneur qu’il avait refusé quelques années plus tôt à Georges Frêche, maire de Montpellier, avec pour lot de consolation le don exceptionnel au musée Fabre de vingt toiles. L’inauguration de Rodez couronne 75 ans de carrière et plusieurs centaines d’expositions, parmi lesquelles on peut citer la rétrospective au centre Pompidou (2009) qui accueillit plus d’un million de visiteurs, ou Soulages XXI organisé conjointement par le musée des Beaux-Arts de Lyon et la Villa Médicis à Rome (2012-2013). « Figure majeure de l’abstraction », « plus célèbre des peintres français vivants », les qualificatifs ne manquent pas pour le décrire.

Néanmoins Pierre Soulages a tenu à ce que le musée ne soit pas un mausolée en imposant comme condition sine qua non la création d’un espace d’expositions temporaires de 500m². Pour Soulages, son musée doit être un lieu vivant : en plus des salles dédiées aux collections permanentes et aux expositions temporaires, un café-restaurant est confié au chef étoilé Michel Bras, enfant du pays.

Pierre Soulages, Lithographie n°29, donation Pierre et Colette Soulages © Musée Soulages, Rodez.

L’inauguration du musée coïncide avec l’ouverture d’une première exposition intitulée Outrenoir en Europe. Musées et fondations qui rassemble 24 peintures, ces fameux Outrenoirs réalisés entre 1979 et aujourd’hui, prêtés par plusieurs musées (musée Fabre de Montpellier, musée des Beaux-Arts de Nantes…) parmi la centaine d’institutions dans le monde qui possèdent des œuvres de Soulages. Si elles constituent la part la plus connue de son œuvre, jamais une exposition ne leur avait été exclusivement consacrée. Pierre Soulages raconte qu’il y est parvenu par un heureux hasard en allumant un matin de janvier 1979 la lumière de son atelier, se rendant compte à ce moment précis de l’effet de celle-ci sur la surface de la peinture. Ils représentent l’action conjuguée du pigment noir étalé sur la toile et de la lumière.

Avec l’ouverture du musée Soulages, la région entend tirer profit de son attractivité (150 000 visiteurs espérés pour la première année) pour créer une dynamique touristique dans l’Aveyron. Soulignons également qu’afin de compléter ce projet, la ville de Rodez a acquis la maison natale du peintre pour en faire à moyen terme une annexe du musée accueillant des artistes en résidence.

[Mise à jour le 20 août 2014] Le musée Soulages à accueilli hier, deux mois et demi après son ouverture, son 100 000e visiteur. Une fréquentation qui dépasse toutes les prévisions et par ricochets profite aux deux autres musées du Grand Rodez : le musée Fenaille et le musée Denys-Puech ont ainsi multiplié respectivement par deux et par trois leur nombre de visiteurs. Rappelons que l’exposition inaugurale, Outrenenoir(s) en Europe, est visible jusqu’au 5 octobre, le musée Soulages devrait ensuite accueillir l’exposition L’Atelier d’Aldo Crommelynck présentée à la BNF ce printemps ainsi qu’une carte blanche à Claude Lévêque courant 2015.

 

LES OUTRENOIR(S) DE PIERRE SOULAGES : MUSÉES ET FONDATIONS D’EUROPE

31/05/2014 > 19/10/2014

Musée Soulages

RODEZ

Sujet inédit et exclusif en Europe, l’exposition d’ouverture du musée Soulages réunit de 25 à 30 Outrenoir(s) sélectionnés en part...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE