Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le projet de rénovation de la Samaritaine annulé par la justice

Gwenael Ameline de Cadeville 16 mai 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Mardi 13 mai, le tribunal administratif de Paris a annulé l’un des deux permis de construire obtenus par LVMH concernant le projet de rénovation des bâtiments de La Samaritaine. Cette annulation est liée au fait que la nouvelle architecture du bâtiment proposée par le groupe n’entre pas dans les critères d’urbanisme de la rue de Rivoli.

Vue de l’immeuble de la Samaritaine selon le projet du groupe LVMH © Sérigraphie Agence Sanaa.

Le tribunal administratif vient d’annuler le permis de construire relatif à l’îlot Rivoli déposé et obtenu en décembre 2012 par le groupe de luxe LVMH. Le projet de l’agence japonaise Sanaa (auteur du Louvre Lens et du New Museum de New York) concerné par cette annulation prévoyait, en effet, d’installer un immense voile en verre sur l’ensemble de la façade du bâtiment côté rue de Rivoli. Selon la justice, « l’ample façade de couleur blanche, de 73 mètres de long et 25 mètres de hauteur, quasiment dépourvue d’ouvertures, sans autre élément décoratif que les ondulations verticales du verre sérigraphié, ne s’insère pas dans le tissu urbain du quartier ». C’est une victoire pour les opposants au projet de rénovation de la Samaritaine. Mais une victoire tardive puisque, avec l’accord de la mairie de Paris et du ministère de la Culture, le groupe LVMH a déjà commencé à démolir un îlot de maisons du XVIIe et XVIIIe siècle. Pour l’instant, le chantier est à l’arrêt mais LVMH, soutenu (encore !) par la mairie de Paris, a fait appel de la décision et espère que le permis sera de nouveau accordé.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE