Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Une 10e Nuit des musées connectée

Magali Lesauvage 13 mai 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Samedi 17 mai, 1300 musées ouvrent gratuitement au public pour la 10e édition de la Nuit européenne des musées, qui sera plus que jamais placée sous le signe des réseaux sociaux. Avec un thème très à la mode, le « museum selfie », et une opération de communication qui débute dès mercredi sur Twitter. Suivez le guide URL et IRL.

Graphisme : DES SIGNES – le studio Muchir et Desclouds.

Sur les réseaux

Ne dites plus « Nuit des musées », mais « Nuit digitale des musées » (bien que le terme adéquat serait plutôt « Nuit numérique des musées »). L’événement orchestré par le ministère de la Culture a pour cible, du propre aveu de son service de communication, le jeune public (en gros, les 18-30 ans, plus connectés que le reste de la population). Comme l’a démontré le franc succès de la Museum Week sur Twitter, les institutions culturelles ont très bien compris l’intérêt de développer leurs relations avec le public, en particulier jeune, via les réseaux sociaux. Certains comme le musée de Cluny dépoussiérant leur image, d’autres comme le Grand Palais proposant d’autres niveaux de narration pour parler des expositions.

Tous au musée ! Tel est le mot d’ordre de la Nuit des musées, qui propose cette année un « mur virtuel » dans les lieux partenaires : le Kaléidoscope de la Nuit rassemblera les selfies envoyés par les visiteurs (voir le mode d’emploi ci-dessous). Une opération légèrement complexe pour les possesseurs de smartphones, puisqu’il s’agira de télécharger une application gratuite (MobilActif), d’y entrer un code (NDM14), puis d’y poster sa photo, qui sera immédiatement intégrée aux murs virtuels projetés dans les musées.

Outre le fait que l’opération surfe sur la vogue du « museum selfie », qui combine blagues potaches d’étudiant en art et narcissisme forcené, elle s’éloigne un peu du sujet, en s’éloignant des œuvres elles-mêmes, le musée devenant un prétexte plus qu’un but de visite. Notons par ailleurs que Monumenta dans la nef du Grand Palais en sera de fait privée, étant donnée l’interdiction faite par les Kabakov de se photographier dans leur installation.

Mais histoire de faire monter le buzz en amont du 17 mai, la Nuit des musées met en place dès mercredi sur Twitter plusieurs séquences quotidiennes d’annonce. Les musées sont invités à évoquer chaque jour leur programmation via un hashtag diffusé dans un créneau horaire précis, de 18h à 19h (heure de l’apéritif, d’où l’intitulé « Happy Museum Hours »). Mercredi avec #NDMKids seront évoqués les parcours jeunes et activités pour les plus petits ; jeudi on se remémorera les éditions précédentes (réelles ou imaginaires) via #TBT (comme Throwback Thursday, ou « jeudi rétro ») ; vendredi seront exposés les programmes de chacun pour le lendemain avec #NDM14 ; samedi, le jour J, ce sera le #MuseumSelfie qui alimentera le Kaléidoscope de la Nuit.

IRL (in real life)

Vue de l’exposition de Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger, Nouvelles Histoires de fantômes, Palais de Tokyo, Paris. Photo : André Morin.

En vrai, qu’y aura-t-il à voir lors de cette Nuit des musées 2014 ? Sélection de 5 événements (gratuits), selon les envies de chacun :

Animal : quel meilleur moment que la Nuit des musées pour visiter l’expo Nuit au sous-sol de la Grande Galerie de l’Evolution du Muséum d’Histoire naturelle ? Jusqu’à 1h du matin, découvrez les mythes et légendes nocturnes, regardez avec les yeux d’un hibou et sentez avec l’instinct d’un crotale, observez les étoiles et faites connaissance avec les animaux que vous ne verrez jamais le jour. Fascinant.

Intello : le Centre culturel canadien profite de l’événement pour vernir le second volet de son exposition consacrée à l’art conceptuel made in Canada. Get Hold of This Space brosse le portrait d’une génération d’artistes qui, de l’Atlantique au Pacifique, de Jeff Wall à General Idea, livrèrent dans les années 1960-1970 une autre idée de la carte et du territoire de l’art.

Flippant : youpi ! les Arts et Métiers proposent de se faire un peu peur en cette longue soirée dans le noir, avec une plongée dans le travail du célèbre Alphonse Bertillon, père de la police scientifique, dont est présentée la chambre photographique qui immortalisa tant de meurtriers et leurs victimes. Brrr…

Planant : le Palais des Beaux-Arts de Lille a convié le duo français Air à habiller de musique électronique les salles de l’institution pour quatre mois. Une visite muséale réinventée, à savourer dans l’intimité de cette belle nuit du 17 mai. Bonus : l’intégralité des clips du groupe sera diffusée sur un écran géant.

Apocalyptique : excellent prétexte pour prendre des nouvelles de l’Etat du ciel, intitulé du cycle d’expos du Palais de Tokyo, la Nuit des musées permettra de visiter la bouleversante exposition de ruines contemporaines Aujourd’hui le monde est mort de l’artiste japonais Hiroshi Sugimoto à la seule lumière d’une lampe torche, la monumentale installation caoutchouteuse et utopique de Thomas Hirschhorn, Flemme éternelle, où le visiteur est invité à réfléchir, créer, mais aussi boire et manger aux côtés de 200 intellectuels et poètes, ou encore les Nouvelles Histoires de fantômes, kaléidoscope d’images warburgien mises en scène par Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger. Inspirant.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE