Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

« Art robotique », quand l’art rencontre la technologie

Gwenael Ameline de Cadeville 9 mai 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Art et technologie feraient-ils bon ménage ? La réponse est oui, assurément ! Et pour vous le prouver la Cité des Sciences et de l’Industrie présente une vingtaine d’œuvres d’art robotique dynamiques et spectaculaires dans une exposition inédite en France.

Rassemblant des œuvres du monde entier, la Cité des Sciences et de l’industrie signe une exposition inédite et monumentale sur un sujet encore très peu traité : l’art robotique. Sous cette dénomination sont rassemblées toutes œuvres utilisant des technologies robotiques ou automatisées. Parmi les réalisations présentées, certaines intègrent la représentation du robot, les machines elles-mêmes deviennent les œuvres, alors que d’autres placent le robot au cœur du dispositif de création.

Les robots-œuvres d’art

Dans la catégorie des robots-œuvres d’art, on trouve une installation déroutante de Jean-Michel Bruyère intitulée Le Chemin de Damastès, composée de 21 lits médicalisés blancs, surplombés de tubes fluorescents de types « lumière du jour » qui s’animent en continu. Les lits se lèvent, s’abaissent, produisent des sons. Leurs mouvements et leurs bruits semblent rappeler la respiration humaine. Plus qu’un objet, le lit devient le symbole du corps humain.

Moins symboliques mais toutes aussi poétiques, les Animaris, façonnées par l’artiste Theo Jansen, sont gracieuses et élégantes. Crées à partir d’un programme informatique et de matériaux issus de l’ère industrielle – tubes en plastiques, rubans adhésifs, toiles –, ces « créatures » se déplacent avec légèreté grâce à la force du vent. L’artiste-ingénieur néerlandais Theo Jansen a voulu créé, avec ces sortes de grands insectes, une nouvelle forme de vie. Dans son laboratoire, il étudie l’histoire de l’évolution biologique afin de doter une nouvelle génération de créatures de capacités toujours plus avancées, espérant ainsi qu’un jour ces êtres n’auront plus besoin de lui pour évoluer.

Chico MacMurtrie, Totemobile © A.Robin / EPPDCSI

La plus impressionnante des œuvres robotisées est sans conteste la Totemobile. Prenant d’abord l’apparence d’une ancienne DS, la voiture emblématique de la marque Citroën, elle se transforme lentement en un totem de 18 mètres de haut. Avec cette œuvre, l’artiste américain Chico MacMurtrie utilise la robotique pour explorer la croissance et la transformation du monde naturel dans des matériaux n’appartenant pas au monde organique.

Les robots artistes

Dans l’expo de la Cité des sciences, les robots ne sont pas seulement des œuvres d’art mais ils peuvent aussi réaliser des peintures ou créer des sculptures. The Big Picture, par exemple, est un dispositif créatif imaginé par le collectif robotlab dont l’élément principal, un bras robotique, réalise un immense dessin. Pendant les neuf mois que dure l’exposition, cet artiste robot va produire une œuvre picturale qui représente un paysage de la planète Mars. Les mouvements effectués par le robot sont déterminés par la logique interne de la machine constituée d’algorithmes ou de données scientifiques, et lui confèrent un style pictural unique et extrêmement précis.

Enfin, la Matrice Liquide 3D, dont l’idée est née en 2001 dans l’esprit de l’artiste japonais Shiro Takatani, est un support permettant de créer des œuvres d’art liquides. Composée de 900 électrovalves contrôlées par ordinateur, elle libère des filets d’eau qui prennent les diverses formes programmées par les artistes sur un ordinateur. Le résultat est aussi beau que féérique.

ART ROBOTIQUE

08/04/2014 > 04/01/2015

Cité des Sciences & de l’Industrie

PARIS

En collaboration avec EPIDEMIC, la Cité des sciences et de l’industrie lance une exposition d’envergure, à la croisée entre art, scie...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE