Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Monumenta : visite guidée dans l’utopie mystique des Kabakov

Magali Lesauvage 7 mai 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Repoussée d’une année, cette sixième édition de Monumenta confie la majestueuse nef du Grand Palais à un couple d’artistes d’origine russe, Ilya et Emilia Kabakov. Leur Étrange cité matérialise une forme d’utopie qui, après les désastres du XXe siècle, n’existerait que dans l’art. Visite pas à pas dans la plus grande installation jamais conçue par les Kabakov, dédale du sens où se mêlent mysticisme et science-fiction.

La Coupole, vue de Monumenta 2014 – L’Etrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Paris, Grand Palais.

La Coupole

Cette énorme structure en vitrail de seize mètres de haut adopte une forme de coupole Art Nouveau renversée sur le côté, et fait écho à la verrière dentelée du Grand Palais. Un millier de tubes fluorescents changent de couleur lentement au rythme de la musique. C’est un véritable choc visuel, évoquant un immense radar cosmique, que l’on aperçoit après avoir contourné l’enceinte de la « ville », premier élément que le visiteur voit avant de pénétrer par une porte en ruines dans la cité elle-même, sorte de médina d’une blancheur céleste.

Le Musée vide

Dans l’enceinte même, cinq bâtiments invitent à découvrir cinq récits différents de la quête d’un au-delà réaliste, d’une utopie possible ici-bas, d’un rêve humain touchant à l’universel. Des « miracles », expliquait Emilia Kabakov lors de la conférence de presse donnée le jour de l’inauguration, qu’elle imagine comme des « rencontres avec l’ange ». Dans le Musée vide, aux murs rouges bordés de dorures, les tableaux ont été remplacés par de la musique sacrée : le musée devient le lieu de la dématérialisation.

Maquette de la cité de Manas, vue de Monumenta 2014 – L’Etrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Paris, Grand Palais.

Maquette du Centre de l’énergie cosmique, vue de Monumenta 2014 – L’Etrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Paris, Grand Palais.

Manas

Les quatre édifices suivants sont construits sur le même plan : une salle centrale ovale, entourée d’un passage, comme une chapelle. Le premier pavillon présente une grande maquette de la ville tibétaine légendaire de Manas, à la fois terrestre et céleste. Du sommet des huit montagnes qui la surplombent, les hommes s’arrachent à la vie quotidienne et communiquent avec le cosmos.

Le Centre de l’énergie cosmique

Construit sur des fouilles archéologiques, cette structure présentée sous forme de maquettes capte par ses antennes les signaux du cosmos. Elle est sensée être source de créativité artistique en communiquant avec la noosphère, sphère de la pensée humaine venant s’ajouter à la géosphère et à la biosphère, théorisée par Vladimir Vernadsky.

Ailes de l’ange, vue de Monumenta 2014 – L’Etrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Paris, Grand Palais.

Rencontre avec l’ange, vue de Monumenta 2014 – L’Etrange cité, Ilya et Emilia Kabakov, Paris, Grand Palais.

Comment rencontrer un ange

Cet édifice présente de manière réaliste les différentes possibilités données pour rencontrer un ange : ainsi un personnage, posté au sommet d’une sculpture d’inspiration constructiviste, tend-il les bras vers un personnage ailé, réminiscence de l’une des figures de prédilection d’Ilya Kabakov, tandis qu’un corset à ailes promet une chance d’élévation.

Les Portails

Dans ce bâtiment, douze tableaux montrent chacun une immense porte peinte à divers moments de la journée, s’effaçant dans la lumière ou l’obscurité. Ces portails symbolisent les rites de passage à accomplir dans l’existence.

Ilya et Emilia Kabakov, Peinture avec tache noire n°2, 2009 © Ilya et Emilia Kabakov/ADAGP, Paris 2014.

Les Chapelles

À l’extérieur de l’enceinte, deux bâtiments situés dans le prolongement de la nef font offices de chapelles. Dans la Chapelle blanche, des fragments d’images, comme des souvenirs, forment un kaléidoscope tendant vers la disparition ; dans la Chapelle sombre, d’immenses toiles d’Ilya Kabakov, renversées sur le côté, plongent le spectateur dans la peinture, à la manière des grands décors baroques. Chaque chapelle montre des éléments de la vie des artistes, mixés à la grande Histoire. L’individuel se dilue dans l’universel, le mystique dans l’humain, le rêve dans la réalité.

MONUMENTA 2014

10/05/2014 > 22/06/2014

Nef du Grand Palais

PARIS

Confrontation artistique sans équivalent dans le monde, Monumenta invite chaque année un artiste contemporain de renommée internationale ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE