Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Visite au Salon de Montrouge : « L’idée n’est pas de trouver l’artiste de demain »

Magali Lesauvage 29 avril 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis cinq ans aux manettes du Salon d’art contemporain de Montrouge, Stéphane Corréard nous fait visiter les coulisses de son accrochage, où s’affairent des dizaines d’artistes survoltés. Découvrez pas à pas ses coups de cœur enthousiastes. 

JaZoN Ex., Communiqué de Presse, 2013, vidéo.

Véritable tremplin pour les jeunes artistes contemporains – ainsi a-t-on pu voir la spectaculaire ascension de Julien Salaud, révélé en 2010, très rapidement exposé un peu partout et invité d’honneur à Montrouge cette année –, le salon d’art contemporain né en 1955 est devenu récemment une étape incontournable des expos de printemps. Être sélectionné à Montrouge, c’est en effet pour un artiste l’assurance de voir défiler devant son stand les professionnels du milieu de l’art : critiques, galeristes, directeurs d’institutions, commissaires. Une aubaine, même s’ils sont cette année pas moins de 72 à être exposés dans le Beffroi de Montrouge, beau bâtiment Art Déco, avec une scénographie de Matali Crasset, aménageant des points de vue d’un artiste à l’autre.

« L’idée n’est pas de trouver l’artiste de demain », nous déclare tout de go Stéphane Corrérard, critique, ancien galeriste et directeur du département Art contemporain de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr. Jovial, curieux de tout et de tous, enthousiaste à chaque pas, il estime que « ça n’est pas une compétition, mais un événement qui réunit des artistes, pour les artistes ». D’ailleurs la moyenne d’âge ne cesse d’augmenter (32 ans cette année), avec un pic à 68 ans. Il a fallu cependant pour Stéphane Corréard faire une première sélection de 350 artistes sur 3100 dossiers reçus, puis un second écrémage par un collège critique de 15 professionnels de l’art (renouvelé chaque année) a réduit ce nombre à 72. Auparavant, le commissaire artistique a fait en sorte que toutes les formes d’art soient représentées de manière à peu près équitable dans la sélection : art vidéo, street art, peinture, sculpture, installation, arts numériques…

Il nous guide dans le Beffroi de Montrouge au fil de ses coups de cœur. Véronique Lorimier, 55 ans, est médium : « Elle dessine des corps étranges qu’elle  »voit » sur le mode du dessin automatique, puis elle les redessine dans un mouvement cinétique. C’est comme de la bande dessinée ! », s’exclame Stéphane Corréard, qui se dit « heureux lorsqu'[il] découvre des œuvres singulières ». Revenant à l’entrée de l’exposition : « L’artiste américain Jazon Frings transforme tous les éléments de sa vie (chaque fois qu’il mange, rit, fait l’amour…) en valeurs quantifiables, qu’il met à jour en permanence sur son smartphone, et sur lesquels les spectateurs peuvent spéculer. Il reprend l’esthétique des chaînes d’infos en continu qui a envahi notre quotidien. J’avais envie de mettre à l’entrée cette œuvre qui prend du recul par rapport à cette idée de ‘bourse aux artistes » qu’est sensé être le Salon ».

Muzo, Membres du jury marchant sur des œufs (Diplôme des Beaux-Arts à Poitiers), 2013.

« Dominique Cozette, 68 ans, raconte sa vie à travers des œuvres d’art célèbres. Je l’ai déjà présélectionnée cinq fois, et elle n’avait jamais passé l’épreuve du collège critique !, s’étonne le commissaire. Et puis finalement cette année ils l’ont retenue, j’en suis ravi ». De même pour le dessinateur de presse Muzo : « Ça j’aime beaucoup, c’est un dessinateur qui a collaboré avec Hara Kiri ou Libération, mais ne montre jamais ses tableaux. Ces toiles représentent des scènes de jury d’écoles d’art, des situations abracadabrantes auxquelles on est parfois confronté en tant que juré, c’est très drôle ».

« On a voulu laisser plus de place à l’art numérique, explique Stéphane Corréard. C’est le cas par exemple, sans code ni ordinateur, de l’artiste Florent Lagrange : il reprend les notions clés d’un manifeste d’artistes présenté dans une expo au Guggenheim Museum à la fin des années 1970, et qui dénonçait le white cube et le standard muséal. À partir de celui-ci, il crée des liens hypertextes qu’il illustre d’œuvres célèbres imprimées en 3D, ainsi projetées dans l’open source ». Moins sérieux, « David Rodriguez peint des scènes pornographiques sur des boîtes de confiseries, qu’il juxtapose sur des étagères, comme dans une sorte de cabinet érotique. Il a placé un œilleton au ras du sol pour mettre les visiteurs dans une position inconfortable », s’amuse-t-il.

« Le dossier de candidature de Jean-Marie Georgelin était très elliptique : il n’y avait que ces messages détachables qui invitent à poster une photo avec l’étiquette sur son site internet. Pendant le Salon il va imprimer les photos et les coller ici. On a même un feu rouge Eiffage pour y scotcher les étiquettes. » Potache, la sélection de Montrouge ? Quand on lui demande s’il y a lieu de définir un « style Montrouge », cinq ans après son arrivée comme directeur artistique, Stéphane Corréard sourit : « Jean de Loisy [directeur du Palais de Tokyo, ndlr] dit toujours qu’on ne voit pas assez mon mauvais goût à Montrouge… Donc je me sacrifie sans doute trop ! Plus sérieusement, je n’espère pas, je crois qu’il y en a pour toutes les tendances ».

Mise à jour le 30/04/2014 : Mardi 29 avril ont été annoncés les prix (100% féminin) du 59e Salon de Montrouge : Tatiana Wolska, artiste polonaise de 37 ans vivant à Nice, obtient le Grand Prix du salon ; Louise Pressager, 29 ans, et Qingmei Yao, artiste chinoise de 32 ans, obtiennent ex-æquo le prix spécial du jury ; Virginie Gouband, 26 ans, reçoit le prix du Conseil général des Hauts-de-Seine.

 


59E SALON DE MONTROUGE

30/04/2014 > 28/05/2014

Le Beffroi – Centre culturel de Montrouge

MONTROUGE

Rendez-vous incontournable de l’art contemporain et véritable tremplin pour les créateurs de demain, le Salon de Montrouge réunit du 30...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE