Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 MACHINES À DESSINER

25/10/2016 > 26/02/2017

Musée des Arts et Métiers - PARIS

LA NEWSLETTER

Dans les images pièges de Jérôme Zonder

Magali Lesauvage 31 mars 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Tandis que Paris célèbre le dessin (voir notre sélection), Nantes accueille Jérôme Zonder, artiste virtuose, qui a fait de ce médium premier la source d’une pratique croisant les arts : architecture, peinture, sculpture. Visite, poil hérissé, de son exposition au village, au Lieu unique.

Vue de l’exposition au village – Jérôme Zonder, le Lieu unique, Nantes, 2014 © Martin Argyroglo.

Révélé en 2012 dans l’exposition La belle peinture est derrière nous, dans ce même Lieu unique, Jérôme Zonder, quarante ans, y présentait un parterre de corps sur lequel le visiteur était invité à marcher, évoluant au-dessus de ce charnier potentiel.

Deux ans plus tard, ce sont les 1200 m² de l’espace d’expo qui sont offerts à l’imagination de l’artiste représenté par la galerie Eva Hober. Plus qu’une succession de dessins sagement accrochés aux cimaises, c’est un véritable environnement qu’a créé Jérôme Zonder. « Je ne veux pas qu’on échappe à mes images », déclare-t-il dans un entretien avec Patrick Gyger, directeur du LU.

De fait, on n’en réchappera pas. Le visiteur entre dans ce méta-dessin comme dans un paysage, celui d’un village lambda dont on retrouve les éléments de base : place, école, église… À chacune de ces étapes géographiques correspondent les chapitres psychologiques de la vie de trois enfants. Chaque image est alors comme un flash de ressouvenir, où s’entrechoquent les icônes de l’enfance et les scènes de torture d’un autre âge.

D’une grande violence, certains dessins de Jérôme Zonder jouent de drames plus ou moins clairement visibles. Un petit garçon brandit un bâton devant la nuque d’une fillette agenouillée, une enfant tenant un couteau de boucher sourit à un autre les mains attachées dans le dos, d’autres dessinent des croix gammées.

Jérôme Zonder, Jeu d’enfants n°1, 2011, graphite sur papier, collection Antoine de Galbert.

Une violence qu’accentue la grande technicité de l’artiste. Alliant perfection classique et naïveté volontaire, ces différentes écritures graphiques correspondent à divers niveaux de narration et de réalité. Horreur du vide et surface tapissée mille-fleurs, portraits d’un grand académisme ou foules peintes au doigt se juxtaposent à des tracés volontairement maladroits, des citations issues de l’histoire de l’art, de la bande dessinée ou du cinéma. Ici, on croise David Hockney et ses figures solitaires, Otto Dix et ses gueules cassées, Walt Disney en son monde merveilleux. On plonge dans les forêts hantées à la Gustave Doré et les traumas enfantins à la Paul McCarthy.

Le noir et blanc met le spectateur à distance de cette incursion dans la psyché d’un cerveau traumatisé, tandis que certaines surfaces grattées rappellent le complexe corps-à-corps avec ces dessins plus grands que nature. Au revers des murs de ce « village », des images d’horreurs bien réelles, provenant de documents de la guerre civile au Rwanda ou des camps de concentration, renvoient les dessins enfantins à leur statut onirique.

Légèrement secoué, on s’interroge : l’image de l’horreur mimée est-elle moins violente pour le spectateur que l’image de l’horreur réelle ? Comme dans les jeux d’enfants, les monstres sont convoqués, mais le grotesque finit par emporter le rire, dans un mouvement d’attraction-répulsion que revendique l’artiste, qui distingue réalisme et réalité. Le réalisme c’est pour de faux, la réalité c’est pour de vrai, et c’est bien pire.


JÉRÔME ZONDER

08/03/2014 > 10/05/2014

Le Lieu unique

NANTES

Jérôme Zonder privilégie dans ses dessins la mine de plomb et le grand format. D’un œil critique, il a observé les multiples potentia...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE