Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 MACHINES À DESSINER

25/10/2016 > 26/02/2017

Musée des Arts et Métiers - PARIS

LA NEWSLETTER

Art Paris : l’art contemporain chinois, c’est quoi ?

Magali Lesauvage 27 mars 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Alors que l’on célèbre en fanfares et défilé républicain le cinquantième anniversaire des relations franco-chinoises, la foire d’art contemporain Art Paris, pendant printanier de la FIAC, met à l’honneur la Chine. Près de cent artistes, connus et moins connus (on note l’absence flagrante du plus médiatique d’entre eux, Ai Weiwei), et une dizaine de galeries en provenance de Shanghai, Beijing et Hong Kong ont fait le déplacement. Aperçu en images, avec 10 artistes présents au Grand Palais

Liu Bolin, Iron Fist, 2014. Représenté par Adler Subhashok Gallery, Dock Sud, ifa gallery et Galerie Paris-Beijing.

Avec son monumental poing d’acier planté devant le Grand Palais, l’artiste Liu Bolin frappe fort. Produite par la galerie Paris-Beijing, installée en Chine depuis 2006, l’œuvre rappelle par son réalisme surdimensionné l’art de la Chine populaire communiste, tout en évoquant la notion de tabula rasa, avec le poing révolutionnaire renversé. Un geste politique à la fois fort et discret, si tant est qu’il est possible de faire de l’art politique en Chine autrement que par des moyens détournés — rappelons les tourments que subit Ai Weiwei depuis de nombreuses années.

« Réaliste cynique », Yue Minjun, dont on a pu voir une rétrospective l’an passé à la Fondation Cartier, à Paris, a pris le parti d’en rire de manière grotesque, avec ses personnages rose chair pliés en deux dans des positions proches de la contorsion de douleur, se détachant sur un « ciel libre » trop clair pour être vrai. Tang Zhigang reprend cette manière naïve dans des petits tableautins évoquant avec ironie les bonnes leçons du communisme.

Peu d’artistes représentent la réalité de la Chine actuelle. Weng Fen montre, dans ses grandes photographies, des vues de paysages urbains teintés de mélancolie et de poésie, à la manière des romantiques comme Caspar David Friedrich, où les personnages, de dos, invitent à la contemplation. Rare femme artiste de l’aire d’influence chinoise, la Taïwanaise Bthy présente, sur le stand de la galerie Rue française by Miss China, objets et photos, reliquats de performances dans lesquelles elle met en scène sa vie personnelle, avec notamment des vestes protectrices en polyéthylène, véritables agents de survie.

La métaphore est également de mise avec la grande installation Buddha jumps over the wall de Zhang Ding, sur le stand d’Hélène Bailly : un boucher miroitant brandit son couteau au-dessus de fragments de plâtre éclatés et sanguinolents, allusion à une table des négociations corrompue.

Les grands artistes chinois de la modernité sont également présents, notamment l’expressionniste Zao Wou-Ki, décédé l’an passé, en dialogue somptueux avec Monique Frydman à la galerie Bogéna de Saint-Paul-de-Vence, ou Gao Xingjian, prix Nobel de littérature, cinéaste et peintre, auquel la galerie Claude Bernard consacre son stand entier avec une trentaine de grandes encres sur papier. Grand artiste, très coté lui aussi, le sculpteur Wang Keping, membre du mouvement Xing Xing (« Les Etoiles ») présente chez Zürcher un magnifique ensemble de volumes en bois d’une grande sensualité, confrontés aux peintures délavées de Marc Desgrandchamps.

Bouclant la boucle qui relie souvent dans l’art chinois la tradition et le contemporain, un tout jeune artiste comme Lu Yanpeng, né en 1984, réalise des photographies d’inspiration pictorialiste aux tons sépia et aux contours flous, reprenant les motifs de la peinture chinoise, notamment des paysages philosophiques de montagnes dans la brume, d’une grande poésie méditative.

 Voir ci-dessous en images notre sélection d’œuvres d’artistes chinois à Art Paris : 

Yue Minjun, Free Sky, courtesy galerie Daniel Templon.

Tang Zhigang, A Formal Gathering, 2012, courtesy Red Bridge Gallery.

Weng Fen (Weng Peijun), Bird’s eye view, Haikou, 2002, courtesy galerie Berthet-Aittouarès.

Bthy, Bouche à bouche, 2013, courtesy Rue Française by Miss China.

Zhang Ding, Buddha jumps over the wall, 2014, courtesy ShanghART Gallery et Helene Bailly Gallery.

Gao Xingjian, La Lueur, 2006, encre sur papier, courtesy galerie Claude Bernard.

Zao Wou-Ki, Sans titre, 1979, courtesy Bogéna galerie.

Wang Keping, Allégorie, 1998, courtesy galerie Zürcher.

Lu Yanpeng, Crooked Tree, 2008, courtesy M97 Gallery.

ART PARIS ART FAIR 2014

27/03/2014 > 30/03/2014

Nef du Grand Palais

PARIS

Du 27 au 30 mars 2014, ART PARIS ART FAIR réunit sous la nef du Grand Palais quelque 140 galeries internationales de 20 pays, présentant u...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE