Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

« Mondialité » et esthétiques métissées au Collège des Bernardins

Gwenael Ameline de Cadeville 13 mars 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Faisant référence à l’essai Tout-monde d’Edouard Glissant, l’exposition Des hommes, des mondes au Collège des Bernardins invite dix-sept artistes contemporains à réfléchir sur la mondialisation et à ses effets.

 Vue de l’exposition, Romain Bernini, tableau de la série Cargo Cult, 2013, accroché sur l’œuvre bichrome de Sylvie Fanchon © Collège des Bernardins.

La circulation des hommes, l’interpénétration des cultures dans les sociétés actuelles, la quête d’identité dans une culture-monde standardisée sont autant de problématiques qui ont inspiré les artistes exposés actuellement au Collège des Bernardins, à Paris. Venus de tous horizons, ils revendiquent une certaine « mondialité », selon le propre terme du commissaire de l’exposition, Alain Berland. Les évolutions sociétales modernes, la culture et les traditions ancestrales de leur pays d’origine ont motivé les artistes à construire des œuvres à partir d’esthétiques métissées.

Ainsi, pour son œuvre Ecrans (2014), l’artiste marocain Achraf Touloub a prélevé sur Internet des images de tapis persans datant des XVIIe et XVIIIe siècles pour en réimprimer les motifs, volontairement pixélisés à l’extrême, sur de nouveaux tapis. Montrant le passage d’une technique ancestrale à un processus de création nouveau, ce travail permet d’interroger la relation entre tradition et modernité.

Même questionnement chez l’artiste Romain Bernini qui illustre, dans ses peintures figuratives, les effets d’un conflit entre culture ancienne et style de vie moderne. Sur les toiles de la série Cargo Cult apparaissent des personnages portant des vêtements de type occidental, coiffés de masques provenant de différentes ethnies africaines ou amérindiennes. Ces figures sont presque toutes dans une position qui trahit l’« attente d’un rituel », nous explique Romain Bernini. Un rite que ces personnages solitaires semblent accomplir eux-mêmes, à la recherche de leur propre identité dans le passé et les traditions ancestrales. En guise de support aux tableaux de Romain Bernini, l’œuvre de Sylvie Fanchon, monochrome bleu dont les flèches oranges évoquent des signes « retour et avance rapide », renforce l’idée d’un arrêt dans le présent.

Chen Zhen, The Voice of Migrators, 1995, Pinault collection © Courtesy GALLERIA CONTINUA.

La perte de repères, les conflits liés au mélange des cultures s’expriment différemment dans l’œuvre quasi abstraite Voix #15 (1999) de Bruno Perramant. Dans ce tableau construit comme un langage énigmatique et flottant, l’artiste fait référence au conflit israélo-palestinien et rend compte d’une opposition absurde et sans fin. Une phrase, « Il n’y aura jamais de paix », prononcée par le secrétaire d’État américain James Baker lors d’une tentative de conciliation, est reproduite au bas du tableau, comme un message de pessimisme insurmontable.

Un autre thème majeur lié à la mondialisation est celui de la circulation des personnes. Le regretté artiste chinois Chen Zhen, décédé en 2000, s’est justement intéressé au phénomène de migration dans The Voice of Migrators, une mappemonde composée de vêtement noués entre eux. À la surface de ce globe, des hauts parleurs diffusent des interventions vocales d’immigrés racontant leur histoire et répondant aux questions posées par l’artiste. Ces voix à peine audibles représentent la faible portée des revendications ou encore la difficulté de s’intégrer à une nouvelle culture et un nouveau pays. Mais l’œuvre est  surtout une manière de redonner une place de premier plan à la présence humaine sur terre, dans sa dimension à la fois géographique et politique.

 

DES HOMMES, DES MONDES

07/03/2014 > 15/06/2014

Collège des Bernardins

PARIS

Suite possible à l’exposition précédente du Collège des Bernardins l'Arbre de vie, qui s'appuyait sur la métaphore d’un arbre enrac...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE