Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La fierté du peuple sami à l’Institut Suédois

Gwenael Ameline de Cadeville 13 février 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Avec sa nouvelle saison culturelle, 66° Nord : l’attitude suédoise, l’Institut suédois nous emmène aux confins du Grand Nord suédois, le long du 66e parallèle. Ce voyage nordique fait plus particulièrement escale au cœur du pays sami, plus connu sous le nom de Laponie. Ne résistez pas à l’appel du Grand Nord !

© Katharina Pirak Sikku.

Quoi de mieux pour comprendre le peuple sami que de donner la parole à ses artistes ? Cinq artistes contemporains d’origine samie abordent, dans l’exposition intitulée Identités en mouvement : cinq voix samies contemporaines, les difficultés, la quête d’identité ou l’histoire de leur peuple. Plus connus sous le nom de « Lapons », les Samis sont un peuple autochtone présent dans la région du Grand Nord (Suède, Norvège, Finlande et  Russie) depuis des millénaires.

Douleurs héréditaires, conflits et quêtes d’identité

Formée à l’Ecole des Beaux-arts d’Umeå (capitale européenne de la culture 2014), Katarina Pirak Sikku s’est interrogée sur la notion universelle d’héritage à travers un travail artistique s’appuyant sur des études de biologie raciale du début du XXe siècle, ensemble de mesures effectuées sur le peuple sami afin de prouver son infériorité. Archives et entretiens avec des personnes ayant fait l’objet de mesures physiques lui ont permis de comprendre les cicatrices qui marquent encore largement leurs vies.

La différence de cultures est le thème abordé par l’artiste Anders Sunna. Ses œuvres mélangent peinture et collages aux effets de transparence, et mettent en scène les rapports conflictuels entre le peuple sami et les autorités provinciales. Elles relatent en particulier le conflit qui oppose sa propre famille, les Samis du village de Kieksiäisvaara, et les délégations administratives de la province du Norrbotten en Suède qui empêchent son père et son oncle d’exercer leur métier d’éleveur de rennes depuis plusieurs dizaines d’années. Le film de la réalisatrice Liselotte Wajstedt retrace quant à lui le voyage tumultueux de Jorinda, une adolescente quittant son petit village sami. S’inspirant d’un livre d’Ann-Marie Ljungberg, Le voyage à Kautokeino et d’un scandale récent d’abus sexuels sur des jeunes filles, le film fait le constat tragique d’une réalité sociale qui touche la région.

The Indigenuity Project est le travail artistique mais surtout anthropologique de l’architecte Joar Nango et de l’artiste Silje Figenschou Thoresen. Ces deux artistes, réfléchissant sur le concept d’« indigénuité », ont constitué un fonds iconographique d’objets et de créations architecturales locales pour comprendre l’environnement dans lequel les Samis évoluent.

Céline Clanet, Linn, Marita et le chien, série Máze, 2008.

Máze, un village sami au-delà du cercle arctique

« Des gens silencieux, parfois mélancoliques, très fiers de leur village et de leur territoire, de ces paysages qu’ils regardent inlassablement à travers des jumelles dont ils ne se séparent jamais, même à l’intérieur de leur maison ». Voilà comment Céline Clanet, photographe, décrit les habitants d’un petit village sami du nord de la Norvège où elle se rend régulièrement depuis 2005.

Si cette photographe, diplômée de l’école Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, parle si bien de ces habitants, elle les photographie également avec une grande sensibilité. Ses clichés lumineux aux couleurs pastel nous immergent dans la vie quotidienne de Máze : des chiens s’étendent près de leurs maîtres dans la toundra, un troupeau de rennes s’enroule sur lui-même, deux femmes en habits traditionnels posent fièrement avec leur chien devant les hyttes (petits chalets) du village.

Si ces images montrent un village d’irréductibles ayant réussi à maintenir leur culture et leurs modes de vie, la photographe affirme qu’elle a  « photographié une réalité qui va sans doute se transformer de manière radicale dans le siècle à venir, à cause des ravages du réchauffement climatique et de l’acculturation ». Pour elle, Máze est le symbole ambivalent de la résistance et de l’impuissance.

 

IDENTITÉS EN MOUVEMENT

12/02/2014 > 20/04/2014

Institut suédois

PARIS

Vernissage prévu le 11 février 2014 // Qu’est-ce qu’être Sami aujourd’hui ? Comment transmettre l’histoire et l’héritage d...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE