Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Balthus : le Folkwang Museum s’autocensure

Gwenael Ameline de Cadeville 11 février 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Par crainte de poursuites judiciaires pour pédophilie, le Folkwang Museum d’Essen, en Allemagne, a annulé l’exposition de polaroids réalisés par Balthus (1908-2001). Initialement prévue en avril 2014, celle-ci devait montrer des clichés représentant une enfant à moitié dévêtue ou prenant des poses subjectives.

L’un des 2400 polaroids d’Anna Wahli pris par Balthus dans les années 1990 © Harumi Klossowski de Rola.

C’est après un article publié dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit, annonçant la future exposition, que  le débat sur la présumée pédophilie de l’artiste a été lancé. L’office de la jeunesse d’Essen et les autorités concernées sont immédiatement intervenus, avertissant le musée que des poursuites judiciaires pourraient être déclenchées et qu’une censure de l’exposition serait envisagée. Face aux nombreuses revendications, le directeur du musée a annoncé mardi 4 février à l’agence de presse allemande DPA la suppression de l’exposition.

L’exposition intitulée Balthus : les dernières études était censée présenter un échantillon de 2000 photographies instantanées en couleurs d’Anna Wahli. Fille du médecin de Balthus, elle devient à l’âge de huit ans l’un des modèles favoris du peintre. Chaque mercredi après-midi, de ses 8 ans à ses 16 ans, la jeune fille venait poser devant un décor de paysage alpin. À 80 ans, ne pouvant plus dessiner, Balthus se servait de la technique du polaroid pour préparer ses tableaux. Cette technique lui permettait de varier les poses, dans une lumière changeante, de façon très rapide.

La figure de la jeune fille est un thème récurrent dans l’œuvre de Balthasar Klossowski de Rola, dit Balthus. Beaucoup de ses tableaux représentent de très jeunes filles, peintes dans des poses ambiguës, jouant sur l’idée de l’innocence perdue à l’adolescence, comme la fameuse Thérèse de 1998, conservée au Metropolitan Museum de New York. Alors que l’artiste est décédé en 2001, son œuvre crée encore la polémique.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE