Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Louvre ne sera plus gratuit le premier dimanche du mois en haute saison

Gwenael Ameline de Cadeville 5 février 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ce lundi 3 février, le musée du Louvre a annoncé sa décision de mettre fin à la gratuité d’accès à ses collections pour les premiers dimanches de chaque mois, d’avril à septembre. Cette mesure prendra effet dès avril 2014. Une nouvelle disposition surprenante venant du nouveau président du Louvre, Jean-Luc Martinez et de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, qui avaient annoncé que l’accès à la culture du plus grand nombre était au cœur de leurs engagements.

Pyramide et musée du Louvre © Ricardo Tulio Gandelman/Wikimedia.

Instaurée en 1996 par le ministère de la Culture, la gratuité des musées le premier dimanche de chaque mois a pour objectif de démocratiser et faciliter l’accès à la culture en faveur des publics les plus éloignés des pratiques culturelles. Pourtant le Louvre a décidé de stopper cette initiative pour cause d’une « hyper-fréquentation » de ses lieux.

« Si cet objectif [de démocratisation] a été partiellement atteint au cours de la décennie, l’augmentation du nombre de visiteurs et le caractère particulier du Louvre en matière de fréquentation a conduit à des phénomènes d’hyper-fréquentation », précise le musée. Entre les visiteurs étrangers et le public français, le nombre de visiteurs par dimanche gratuit pouvait, en effet, atteindre 30 000 à 38 000 personnes. Cette « hyper-fréquentation » a un impact négatif sur la satisfaction des visiteurs (file d’attente importante, qualité de la visite) et sur les conditions de travail des agents du musée. La gratuité d’accès le premier dimanche du mois est, toutefois, maintenue pour la basse saison, d’octobre à mars.

Mais derrière l’argument de la forte fréquentation se cache en réalité un mal plus profond, comme le rapporte dans son article du 2 février le site Louvre pour tous, qui a lancé une pétition. Les subventions allouées aux grands musées, comme le Louvre, sont en baisse. Les musées doivent donc limiter leurs dépenses et sont même encouragés par le gouvernement à augmenter leurs ressources propres, comme l’a rappelé Le Monde.

Même si les difficultés des grands musées sont compréhensibles, la suppression de cette gratuité risque à terme d’entraîner une initiative similaire des autres musées nationaux, creusant ainsi à nouveau l’inégalité face à la culture.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE