Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Christie’s retire d’une vente 85 œuvres de Miró appartenant à l’État portugais

Gwenael Ameline de Cadeville 5 février 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les 4 et 5 février devait se dérouler, chez Christie’s à Londres, la vente de 85 tableaux de Joan Miró appartenant à l’État portugais. Ceux-ci ont finalement été retirés, hier dans la soirée, par la maison. Cette vente avait en effet été fortement contestée par les députés du Parti socialiste portugais.

Joan Miró, Femmes et oiseaux, 1968, courtesy Christie’s.

Alors que le tribunal administratif de Lisbonne a autorisé, hier matin, la vente aux enchères, Christie’s a pourtant pris la décision de supprimer les œuvres « portugaises » de la vente, mettant en avant les incertitudes judiciaires. « Nous avons la responsabilité à l’égard de nos clients de leur transmettre, sans problème aucun, les droits de propriété », a déclaré la maison.

Le Portugal, frappé par la crise économique et par une politique d’austérité depuis plusieurs années, aurait pu récolter plus de 30 millions d’euros grâce à cette vente, de quoi renflouer en partie les caisses de l’État. Mais la décision du gouvernement de vendre les œuvres de l’artiste espagnol avait créé un vif émoi dans les milieux culturels portugais.

Une pétition a circulé sur Internet pour exiger que la collection soit maintenue au Portugal. Les élus socialistes avaient même déclenché, jeudi 30 janvier, une action judiciaire pour que soit supprimée la vente des tableaux. « Une collection de tableaux de Miró est un ensemble artistique générateur de richesses partout dans le monde, et a fortiori dans un pays touristique comme le Portugal », avait souligné l’Association portugaise de muséologie.

La collection, devenue propriété de l’Etat portugais à la suite de la nationalisation en 2008 de la banque BPN (Banco Português de Negócios), comprend notamment un des chefs-d’œuvre du peintre, Femmes et oiseaux, évalué entre 4,8 et à 8,4 millions d’euros. Mais cette vente de « l’une des plus vastes et impressionnantes collections de l’artiste jamais mises aux enchères », comme l’avait affirmé Christie’s en décembre 2013, n’est aujourd’hui plus d’actualité.

[Mise à jour le 1e septembre 2014] Nouveau rebondissement dans l’affaire des Miró portugais. Le classement au patrimoine culturel des 85 toiles de l’artiste espagnol, qui aurait empêché la vente, n’aura finalement pas lieu. En février le gouvernement portugais avait interdit la sortie de territoire du trésor en vue d’un classement. En l’absence de cette protection, les œuvres pourront être vendues pour renflouer les caisses de l’État. Christie’s a estimé le lot à plus de 30 millions d’euros.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE